mercredi 23 novembre 2016

Un monde s'effondre, tout devient possible : 2016, une année charnière



« Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige ». Ainsi s'est exprimé Gérard Araud, ambassadeur de France aux États-Unis, sur son compte Twitter : un gazouilli consécutif à la victoire de Donald Trump lors des élections américaines qui suscita de très nombreuses réactions des deux côtés de l'Atlantique. Pourtant ce message à chaud, supprimé quelques heures après, ne manquait guère de justesse dans le propos.

Comment ne pas abonder en son sens au regard de ce que fut cette année 2016 et des nombreuses surprises électorales qu'elle revêtit? Sans s'étendre sur les évènements annexes, ayant eu des répercussions directes ou indirectes sur la décision des électeurs, il est perceptible qu'un mouvement de fond est en cours depuis plusieurs années avec des accalmies et des reprises soudaines. L'année 2016 est exceptionnelle à ce titre dans le sens où elle défia tous les pronostics, et pour tout dire, ébranla toute une mécanique savamment huilée par des décennies d'usage. La démocratie, et son corollaire le système de votation, prouva qu'elle pouvait devenir une arme en les mains d'une frange conséquente de la population ulcérée d'être sempiternellement moquée, méprisée et sermonnée par la classe politique comme médiatique.

2015 portait déjà les prémices d'une telle évolution accélérée.
  • Syriza, le parti de gauche radicale grecque, emportait en janvier de cette année les élections législatives et plaçait le jeune Tsipras au rang de premier ministre. Ce qui augura quelques échanges houleux avec les instances européennes avant le ralliement forcé de Tsipras à la doxa de l'Union Européenne alimentée par l'inflexibilité de la chancelière allemande sur les règles budgétaires.
  • En février, Boris Nemtsov était assassiné dans les rues de Moscou, laissant l'opposition orpheline de son meilleur représentant dont la principale qualité provenait de son expérience récente et durable au sommet du pouvoir.
  • En Finlande, le parti des Vrais Finlandais prouvait après les élections de 2011 que sa place de trublion politique n'était pas surfaite en faisant quasiment jeu égal avec le Parti de la Coalition Nationale. Cette formation populiste empruntant des mesures fortes à la fois aux programmes de gauche comme de droite. Le succès de 2015 lui permit, après tractations avec le nouvel exécutif, de placer son représentant au poste de Ministre des Affaires Étrangères.
  • Coup de théâtre en Pologne : alors que le président sortant Komorowski était donné gagnant par les médias, son successeur, un eurosceptique notoire, l'emporta largement au deuxième tour. Andrzej Duda devenait le nouvel homme fort du pays avec un programme donnant la primauté aux considérations nationales.
  • Mis en cause par tout un peuple en colère dans le cadre d'une vaste et juteuse affaire de corruption nationale, le président du Guatemala Otto Perez Molina, ainsi que sa vice-présidente, fut contraint de démissionner après la levée de son immunité votée à l'unanimité par le parlement. Il fut placé en détention provisoire aussitôt après cette décision. Actant pour la première fois dans le pays qu'une tête de l'exécutif soit privée de sa protection inhérente au statut par un vote des parlementaires. Profitant d'élections anticipées, Jimmy Morales, candidat anti-système, est élu avec près de 68% des voix.
  • Au Canada, l'arrivée après les élections d'octobre 2015 de Justin Trudeau au poste de premier ministre s'opéra sur la base d'un programme de refonte du système électoral, avec une plus grande transparence des processus gouvernementaux. Il accorda une attention singulière à la défense des classes moyennes, menacées par l'érosion de leur pouvoir d'achat et guettées par le déclassement.
  • Enfin, les élections générales de décembre en Espagne firent éclater la tranquille bipolarisation de la vie politique en faisant entrer en force Podemos. Fondé seulement un an auparavant, le mouvement issu d'une contestation populaire et intellectuelle est devenu dès sa première épreuve nationale troisième force politique. Il contribua à renforcer l'accointance entre les partis au pouvoir en les forçant à s'unir contre lui. Obligeant le conservateur Rajoy à rester premier ministre avec le soutien des députés de gauche.

L'année 2016 bien qu'elle ne soit pas encore achevée tend à confirmer cette tendance très lourde.
  • Dès janvier, la présidence de la république du Portugal voit Sampaio de Novoa, le recteur de l'université de Lisbonne, arracher 22,8% des voix face à ses concurrents dont le futur élu Rebelo de Sousa. Sa performance est d'autant plus remarquable qu'il n'était inscrit dans aucun parti et s'est présenté en tant qu'indépendant pour diffuser une voix discordante dans le discours politique national en prônant ouvertement son opposition à la politique anti-austérité imposée par la troïka.
  • En Slovaquie, le Parti National Slovaque et Notre Slovaquie, d'inspiration nationaliste, et celui plus hétéroclite de Les Gens ordinaires et personnalités indépendantes font vaciller les équilibres lors des élections législatives. Le vétéran Robert Fico réussit à l'emporter non sans accepter l'entrée du Parti National Slovaque dans son gouverment.
  • Le 6 avril 2016, un référendum a lieu aux Pays Bas sur l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union Européenne : celui-ci est rejetté à 61%. Mettant à mal une politique d'intégration rapide voulue par la Commission Européenne. Malgré le résultat, certaines dispositions sont malgré tout appliquées au grand dam des électeurs dupés par ce passage en force.
  • En avril, le premier tour de l'élection présidentielle autrichienne voit le candidat populiste Norbert Hofer être en tête sur un autre candidat atypique, Alexander Van der Bellen, représentant les écologistes. Les partis gouvernementaux sont laminés et n'arrivent qu'en quatrième et cinquième position. Le second tour voit la victoire du candidat écologiste bénéficiant du report des voix des partis gouvernementaux. Toutefois, le scrutin est entâché d'irrégularités ce qui provoque son annulation par la Cour Constitutionnelle puis son report au 4 décembre 2016. Si le second vote du second tour a bien eu lieu et a sanctionné la victoire du candidat écologiste sur son adversaire nationaliste, l'écart de voix très minime (1,4 point) comme le fait de voir un écologiste arriver à un poste de l'exécutif (même si surtout honorifique dans les faits) démontre a contrario tout le discrédit porté envers les partis traditionnels.
  • En mai c'est l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte qui provoque un bouleversement dans le pays et au-delà. Truculent, l'individu n'hésite pas à prononcer quelques envolées sentencieuses (comme la volonté de remettre en cause les accords d'association et coopération entre les Philippines et les États-Unis ou son souhait d'établir un rapprochement sino-russo-philippin), il propose en revanche une voie pragmatique pour apaiser les tensions avec les mouvements de rébellion sur le sol national : un changement radical avec la politique prônée par les derniers présidents. Pour lutter contre le trafic de drogue, il autorise ses forces de l'ordre et encourage les citoyens à juguler le problème par la force.
  • Dilma Rousseff, présidente élue du Brésil, est suspendue en mai avant d'être destituée en août pour corruption (scandale Petrobras) sur fond de mesures impopulaires touchant les classes populaires du pays sans pour autant rassurer les créanciers internationaux. Cette décision accueillie favorablement par une majorité de la population visait à rétablir le calme parmi des habitants ulcérés d'accueillir les Jeux Olympiques à Rio alors que le pouvoir leur imposait en parallèle une politique de rigueur. Dans un ultime espoir de sauver sa situation, l'ancienne présidente offrit une gouvernance de coalition à tous les partis mais ces derniers trop inquiets de débordements en cas d'acceptation lui opposèrent une fin de non-recevoir.
  • Coup de tonnerre en juin 2016 : malgré le battage médiatique massif et des sondages donnant le Bremain vainqueur, c'est le Brexit qui l'emporte au Royaume-Uni. Le résultat du référendum, 51,89% pour le Brexit, plonge les institutions européennes, les chancelleries étrangères et les milieux du journalisme et de la politique dans la tourmente, trop confiants quant à l'issue de la consultation. Le rôle de Nigel Farage et de son mouvement UKIP fortement opposés à l'omnipotence de la Commission de Bruxelles furent en ce sens primordiaux. Saisie par des opposants contestant le résultat du référendum, la Haute Cour a averti que l'application de l'article 50 du Traité de l'Union Européenne devait passer par l'aval des parlements et non décidé unilatéralement par le gouvernement : ce qui donnerait la possibilité de bloquer tout Brexit par voie parlementaire. La Cour Suprême doit se prononcer en décembre sur la validité de cette décision, cruciale pour l'avenir du pays car la nouvelle premier ministre Mathilda May entend activer la disposition en question en mars 2017.
  • En juillet une tentative de coup d'État a lieu en Turquie, visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. Après plusieurs jours d'incertitude, le pouvoir turc se ressaisit et reprend la situation en main suivie de purges dans toutes les sphères d'activité. Les relations avec les États-Unis (accueillant l'opposant politique Fethullah Gülen) ainsi que l'Union Européenne (sourcilleuse sur les droits de l'Homme) se refroidissent nettement, alors que celles avec la Russie se réchauffent abruptement en raison de l'avertissement puis du soutien des autorités russes.
  • Si les élections législatives de septembre en Russie paraissent sans intérêt de prime abord (victoire très large du parti présidentiel), en réalité en coulisses s'opère un remodelage de l'ancienne garde poussée vers la sortie par une nouvelle génération dite libérale-patriote. Preuve de ces remous, le fidèle compagnon de route Sergueï Ivanov, chef de la sécurité présidentielle - un poste éminemment stratégique - est ainsi remercié sans ménagement. De même que le ministre de l'économie Alexeï Oulioukaïev, alors en poste, soupçonné de corruption est suspendu de ses fonctions.
  • En novembre, deux nouvelles mauvaises élections pour l'Union Européenne : Igor Dodon et Ramen Radev, respectivement vainqueurs des élections présidentielles en Moldavie et Bulgarie affichent leur sympathie pro-russes au grand effroi de Bruxelles.
  • Plus bouleversant encore, l'élection surprise de Donald Trump à la magistrature suprême des États-Unis. Moqué durant les primaires et donné perdant sans contestation quelques heures avant les résultats, le magnat de l'immobilier a défié tout l'establishment et a remporté son pari avec son slogan Make America Great Again. Sa victoire est un véritable séisme dans le monde. Les responsables européens sont totalement ahuris et ne brillent guère par leur réactivité, l'exemple du service présidentiel français qui n'avait prévu de message de félicitations qu'à son adversaire Hillary Clinton en dit long sur le manque de pragmatisme et l'aveuglement qui règnent dans les cours européennes.
  • Matteo Renzi, président du conseil des ministres italien, annonce sa démission au lendemain de la réforme constitutionnelle italienne du 4 décembre 2016. Considérée comme nécessaire, et d'une ampleur sans précédent, celle-ci est refusée par 59,11% des votants. Alors que tous les partis traditionnels avaient appelé à son vote,  . Pour Matteo Renzi, présenté comme un jeune prodige opposé à l'ancienne classe politique nationale, c'est un camouflet de premier ordre puisque lui qui avait réussi à pousser vers la sortie son prédécesseur Enrico Letta, il se résout à offrir sa démission au président de la République. Sa défaite outre le fait de plonger le pays dans la crise politique et économique, renforce la prégnance nationale des mouvements contestaires profonds au sein de la péninsule italienne, notamment au profit de la formation de Beppe Grillo, Movimento 5 Stelle et celle de Matteo Salvini, Lega Nord.

L'année 2016 tire à sa fin, elle se pose déjà, et ce sans contestation, comme une année charnière. Si cette année s'inscrit dans une continuité, elle a brisé plusieurs digues et confirme clairement que le grondement très sourd entendu depuis des années prend désormais forme dans les urnes. Si nombre de déçus de la politique professionnelle tendent à se réfugier dans l'abstention, des sursauts ont lieu dont bénéficient clairement les partis populistes. Le vote n'est plus un choix, il est devenu une arme de la part d'électeurs qui n'ont pas été écoutés au fil des mandats.

La déliquescence de la démocratie représentative n'en finit pas de faire tâche d'huile, où la fonctionnarisation des mandats politiques a perverti le principe d'origine. Le populisme est polymorphe car il arrive à progresser à travers deux voies : la première est la constitution d'un parti sans base historique (Podemos, Movimento 5 Stelle, Alternative Für Deutschland) dont les succès ne sont plus épiphénoméniques mais persistants ; la seconde est la prise de pouvoir au sein d'un parti gouvernemental, ce qui offre l'assurance à la fois de la logistique et des fonds nécessaires pour une campagne électorale (Donald Trump avec le Parti Républicain en est un parfait exemple et la résistance inattendue de Bernie Sanders pour le Parti Démocrate en est une autre).

Le hiatus est d'autant plus criant que les médias, souvent citadins et centralisés dans la capitale, optent pour un déni de réalité de ce qui se déroule dans la périphérie. Là où ceux-ci devraient informer, leur rôle premier au passage, ils invectivent, ridiculisent, interdisent ou aux mieux minimisent tout ce qui leur échappe ou les offusque. Avec l'enrobage d'une couche conséquente de ce que le philosophe Friedrich Niezsche nommait la moraline conduisant même certains journalistes à s'enfermer dans l'auto-censure. Le terme même de décryptage souvent employé par le service politique des rédactions est insidieux : il revient à considérer le public comme frappé d'insuffisance intellectuelle, d'où le recours à des spécialistes ânonnant une doxa très rance et en décalage avec le ressenti de la population. Cette défiance entre les électeurs et le milieu du journalisme est dramatique car elle renvoie à un rejet similaire des politiciens. Il est vrai que la collusion de pensée et/ou sexuelle des deux milieux tend à conforter ceux qui visent à leur excrétion de la société.

Fait d'importance : l'ire populaire est contenue par ces mêmes populistes qui canalisent ce mécontentement. Le rôle joué par ces dirigeants, quoiqu'il puisse avoir été dit à leur sujet, est d'éviter de substantiels débordements. S'est-on déjà interrogé sur le risque qui pourrait découler d'une interdiction de l'accession à ces soupapes électorales dans un contexte de polycrise? Il est évident : des révoltes populaires plus ou moins conséquentes surviendraient à coup sûr. Le populisme n'est qu'un symptôme, même majeur, d'un dysfonctionnement latent : tant que les causes de celui-ci n'auront pas été résolues, le populisme subsistera et les petits ruisseaux du mécontentement continueront de gonfler les rivières de la colère.

La vague de populisme actuelle pourrait connaître des répliques, et tel Cronos dévorant ses enfants, est susceptible d'engloutir les actuels bénéficiaires de ce mouvement pour être remplacés par des individus plus en verve, plus affûtés et plus professionnels.  

Sur un plan géopolitique, un infléchissement très sensible est en train de se faire jour. L'Union Européenne co-dirigée de facto par la chancelière Angela Merkel (qui en octobre 2015 s'était permise à Istanbul de décider pour tous les autres États-membres quant à un accord de politique migratoire) n'emporte plus l'adhésion populaire. Ce désamour né depuis les années 2000 par les dénis successifs de démocratie s'est confirmé puis accentué lors de la décennie suivante, confirmé par l'émergence de dirigeants ouvertement opposés aux orientations de Bruxelles et des autorités allemandes. Si le coupable idéal se trouve être la Russie quant à l'avènement de ces trublions, la vérité est autrement plus nuancée : l'autoritarisme de Berlin et des instances européennes ont été les meilleurs adjuvants des adversaires de cette Europe à qui l'on reproche souvent d'appauvrir et de déconstruire civilisationnellement son propre espace avec des méthodes qui ne sont en rien démocratiques.

Cet affaiblissement des organes supranationaux s'est aussi retrouvé dans les désistements successifs au sein de la Cour Pénale Internationale. La Cour Européenne des Droits de l'Homme n'est pas épargnée non plus : l'ancien premier ministre David Cameron avait un temps envisagé le retrait du Royaume-Uni pour protester contre l'ouverture de certains dossiers litigieux susceptibles de rogner sur la souveraineté du pays. En décembre 2015, la Russie s'était prémunie de toute ingérence en légiférant sur la nécessité que toute décision émanant de cette Cour devait être conforme à la constitution russe pour être suivie d'effet.

Dernière observation, plutôt une confirmation ce faisant, la vigoureuse mobilisation des régions périphériques lors des élections dans les pays occidentaux : ces territoires abandonnés de la mondialisation n'entendent plus souffrir en silence, et s'invitent dans le processus politique. Cette population, dont une partie a quitté elle-même les villes d'importance,  est celle qui ne veut pas subir les décisions et les politiques en cours depuis près de trente ans, celles-là même qui causent de trop grandes incertitudes sur les plans de l'économie, du social et de la civilisation. Le hiatus électoral entre les grandes villes et le reste du territoire apparaît comme une fracture difficilement réconciliable à terme. Autre élément symptomatique d'une évolution en cours, certaines zones jouxtant le centre historique de ces grands espaces urbains tendent à attirer de plus en plus entreprises, employés et déçus de la politique urbaine. Les centres-villes deviennent budgétairement prohibitifs y compris pour des cadres en couple et de moins en moins rentables pour y installer bureaux ou commerces. C'est toute une dynamique que certaines villes sont en train de perdre. Ce que l'on nomme les zones périphériques sont quant à elles en train de prendre leur revanche.

2017 est en ligne de mire, et rien ne donne à penser que le mouvement en soit stoppé.

MAJ février 2017 : Je n'ai guère évoqué la France alors que celle-ci se prépare à une élection majeure, celle de son président en mai prochain. Plusieurs éléments sont d'ores et déjà dans la ligne directe de ce bouleversement majeur. En premier lieu par la décision de tenir des primaires pour sélectionner le ou la candidate  censé(e) représenter le parti : cette obligation qui n'est pas dans la tradition du régime (même si déjà expérimentée en 2007 par le parti socialiste) a amorcé une rupture dans la tradition qui voulait que le chef de parti soit l'unique candidat (d'aucuns énoncent une américanisation du système politique français, une assertion il est vrai renforcée par la nouvelle appellation de Républicains du camp de droite décidée en mai 2015).
Ensuite par l'annonce officielle, du retrait du président sortant, très mal en point dans les sondages, alourdi par un record historique d'impopularité sous la Vème République, une première.
Puis par l'élimination des poids lourds de la politique par les fourches caudines des primaires : Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Arnaud Montebourg... Et pourtant malgré ces dispositions, les formations populistes de gauche et de droite renforcent leur puissance et impact, confirmant un mouvement qui continue de prendre de l'ampleur en dépit des tentatives de juguler le mécontentement populaire par des artifices de procédure électorale.

vendredi 11 novembre 2016

Donald Trump, un futur président américain populiste pragmatique?



Il y aurait volontiers à gloser sur la victoire du candidat républicain lors des dernières élections aux États-Unis. Nombre d'experts et de rédactions journalistiques ne se sont pas privés de le faire, avec même pour certains une sincère contrition pour avoir été si péremptoires durant toute cette campagne sans avoir jamais perçu la force et l'intensité de la vague populiste. L'aveuglement et le mépris antérieurs au dénouement par les urnes et l'hystérie postérieure à celui-ci ne manqueront pas de conforter l'existence d'une réelle déchirure entre le monde rêvé par certains et la réalité vécue par tous les autres. Tous les anathèmes ne suffiront à tordre la réalité : le populisme est une réaction à un ordre du monde qui ne fonctionne plus et qui n'emporte plus l'adhésion des masses. C'est un phénomène historique cyclique. Je renvoie mes lecteurs à l'écriture d'un billet circonstancié d'avril 2016 : 
En outre, Bernie Sanders, le populiste démocrate, s'est fendu récemment d'un message où tout en rappelant ses différences de position avec le futur président des États-Unis, il n'en partageait pas moins certaines préoccupations similaires et un même rejet de l'establishment.

Il est essentiel d'écouter à nouveau le discours de victoire de Donald Trump car c'est celui d'une certaine Amérique, celle qui se dépasse et qui croit en son destin exceptionnel. Cette Amérique qui veut à nouveau rêver, et fédérer tous ceux qui ont soif de nouveaux défis.

Je ne puis à cet effet que vous renvoyer à mon analyse parue sur Diploweb en début d'année : Le concept Américain de nouvelle frontière : de la conquête de l'Ouest au cyberespace. Au regard du discours du prochain président américain, il n'y a rien à y retoucher.

La défense d'une Amérique réindustrialisée a joué un certain rôle auprès des électeurs de la Rust Belt. Moins d'interventions extérieures, plus de projets intérieurs : tel est en substance le programme du candidat républicain.

Enfin, et contrairement à ce que certains s'efforcent de faire accroire, Donald Trump n'a pas l'intention de se coucher devant Vladimir Poutine. Il entend défendre prioritairement les intérêts américains, et si ceux-ci sont tributaires d'une relation bilatérale apaisée avec les autorités russes, alors oui une nouvelle ère de coopération s'ouvrira après les tensions de ces derniers mois. Et les européens suivront bien évidemment cette nouvelle donne, malgré les mines déconfites de certains dirigeants. Contrairement à plusieurs analystes décrivant Trump comme un être inculte, il apparait tout au contraire très au fait des réalités du vieux continent et lié à celui-ci par de lointaines origines (germaniques) qu'il n'a pas manqué de rappeler. Cependant, comme le mentionnait le chef de l'État russe, la normalisation des liens russo-américains sera de longue haleine.

Rappelons en outre que Barack Obama restera en charge de l'administration du pays jusqu'en janvier 2017.

jeudi 3 novembre 2016

Snowden d'Oliver Stone

snowden
Le réalisateur américain Oliver Stone s'est fait une spécialité de produire/réaliser des métrages lorgnant distinctement vers l'approche documentaire, ce qui n'a jamais manqué de susciter d'âpres réactions d'experts et d'historiens sur les thèmes abordés (JFK, W., Alexandre, Wall Street, Platoon etc.). L'émergence d'une génération née au sein de la révolution informatique ne pouvait manquer de l'intéresser, à l'instar de David Fincher et son The Social Network portraiturant Mark Zuckerberg.

Son choix se porta sur le souffleur d'alerte (whistleblower) américain Edward Snowden qui ébranla les autorités et institutions de son pays d'origine en 2013.

En dépit de son thème, celui d'un espion de la National Security Agency qui est pris de stupeur puis de remords par les pratiques opérées par l'institution, Snowden ne s'adresse pas qu'à un public d'ingénieurs informaticiens ou d'experts en cybersécurité. Il vise le grand public : les propos techniques ne sont guère légion et l'avancée dans la trame est suffisamment explicite pour que le spectateur lambda ne s'en trouve pas plongé dans le brouillard. Même si, en dépit des 2 heures et 15 minutes de projection, il arrive que certains passages de la vie de l'analyste et programmeur soient passablement écourtés de manière limite.

Le film insiste sur le côté patriote du personnage et sa volonté de défendre une certaine image des États-Unis auprès du monde entier dans le souci d'imposer l'acceptation de la Pax Americana. Ensuite, les portraits tout au long du métrage ne sont en rien caricaturaux, c'est très appréciable et ça crédibilise le propos. Il démontre aussi que les fonctionnaires et autres contractuels des agences citées ne sont pas tous dupes et méprisent parfois leurs supérieurs pour leur absence totale de morale et leur absence de scrupule vis à vis de l'argent public. Cependant c'est le système de surveillance généralisé qui retient l'attention par sa portée territoriale et son efficacité, bien au-delà de ce que Snowden aurait pu penser en pénétrant dans le cercle très restreint des accrédités au sein de l'agence : un ogre jamais rassasié.

L'histoire on la connait, mais Oliver Stone réussit à la conter sans artifices. Il y a une certaine épuration des effets et du propos (normal, nous sommes dans un monde qui surveille, pas qui dévoile), et ça donne au métrage un arrière-goût métallique pour mieux en sentir la mécanique broyeuse.

À défaut d'un grand film d'action, c'est un film propre, presque identique à l'aseptisation des couloirs de ces agences, délivrant une ambiance pesante mais en même temps offrant une présence humaine où les opérateurs humains ne sont pas que des exécutants.

Ce biopic n'est pas un film d'action, mais un quasi-documentaire. Il est très bien réalisé, techniquement s'entend, avec quelques effets spéciaux de très honnête facture. Cependant il accuse un manque de vitalité sur la longueur. Certes, le personnage n'est pas un violent, c'est un idéaliste versé dans une activité de suivi et de programmation, malgré tout il aurait été possible de rendre le rôle de l'intéressé encore plus haletant. Hélas il semblerait que le réalisateur se soit interdit d'accélérer par trop le tempo. En outre, la romance prend une part trop importante dans le déroulé du scénario, et nuit aux passages où la tension monte en la stoppant par une césure trop nette avec les moments de vie de couple. C'est là la principale critique qu'il est possible d'adresser à Oliver Stone : à vouloir trop coller au personnage et à sa nonchalance, le film prend un tournant plus lisse là où il aurait dû augmenter le voltage dans la salle.

Le rôle principal est endossé par un Joseph Gordon-Levitt qui s'attache à revêtir le rôle d'un homme complexé, écrasé par un système mais soucieux de mettre fin à celui-ci, quitte à accepter la fin d'une vie bien rangée et bien payée. L'on appréciera les (trop rares) apparitions de Nicolas Cage, ingénieur talentueux blasé, et ceux un peu plus présentes de Rhys Ifans, magistral en mentor bienveillant.

Pour ceux que ça intéresse, ci-joint un entretien sur la radio russe Sputnik concernant l'éventuel pardon présidentiel pour l'ancien contractuel des grandes oreilles américain. Où j'explicite que ce qui m'intéresse chez ce garçon, c'est le côté de l'Amérique des pères de la Constitution qu'il porte en lui.