jeudi 3 novembre 2016

Snowden d'Oliver Stone

snowden
Le réalisateur américain Oliver Stone s'est fait une spécialité de produire/réaliser des métrages lorgnant distinctement vers l'approche documentaire, ce qui n'a jamais manqué de susciter d'âpres réactions d'experts et d'historiens sur les thèmes abordés (JFK, W., Alexandre, Wall Street, Platoon etc.). L'émergence d'une génération née au sein de la révolution informatique ne pouvait manquer de l'intéresser, à l'instar de David Fincher et son The Social Network portraiturant Mark Zuckerberg.

Son choix se porta sur le souffleur d'alerte (whistleblower) américain Edward Snowden qui ébranla les autorités et institutions de son pays d'origine en 2013.

En dépit de son thème, celui d'un espion de la National Security Agency qui est pris de stupeur puis de remords par les pratiques opérées par l'institution, Snowden ne s'adresse pas qu'à un public d'ingénieurs informaticiens ou d'experts en cybersécurité. Il vise le grand public : les propos techniques ne sont guère légion et l'avancée dans la trame est suffisamment explicite pour que le spectateur lambda ne s'en trouve pas plongé dans le brouillard. Même si, en dépit des 2 heures et 15 minutes de projection, il arrive que certains passages de la vie de l'analyste et programmeur soient passablement écourtés de manière limite.

Le film insiste sur le côté patriote du personnage et sa volonté de défendre une certaine image des États-Unis auprès du monde entier dans le souci d'imposer l'acceptation de la Pax Americana. Ensuite, les portraits tout au long du métrage ne sont en rien caricaturaux, c'est très appréciable et ça crédibilise le propos. Il démontre aussi que les fonctionnaires et autres contractuels des agences citées ne sont pas tous dupes et méprisent parfois leurs supérieurs pour leur absence totale de morale et leur absence de scrupule vis à vis de l'argent public. Cependant c'est le système de surveillance généralisé qui retient l'attention par sa portée territoriale et son efficacité, bien au-delà de ce que Snowden aurait pu penser en pénétrant dans le cercle très restreint des accrédités au sein de l'agence : un ogre jamais rassasié.

L'histoire on la connait, mais Oliver Stone réussit à la conter sans artifices. Il y a une certaine épuration des effets et du propos (normal, nous sommes dans un monde qui surveille, pas qui dévoile), et ça donne au métrage un arrière-goût métallique pour mieux en sentir la mécanique broyeuse.

À défaut d'un grand film d'action, c'est un film propre, presque identique à l'aseptisation des couloirs de ces agences, délivrant une ambiance pesante mais en même temps offrant une présence humaine où les opérateurs humains ne sont pas que des exécutants.

Ce biopic n'est pas un film d'action, mais un quasi-documentaire. Il est très bien réalisé, techniquement s'entend, avec quelques effets spéciaux de très honnête facture. Cependant il accuse un manque de vitalité sur la longueur. Certes, le personnage n'est pas un violent, c'est un idéaliste versé dans une activité de suivi et de programmation, malgré tout il aurait été possible de rendre le rôle de l'intéressé encore plus haletant. Hélas il semblerait que le réalisateur se soit interdit d'accélérer par trop le tempo. En outre, la romance prend une part trop importante dans le déroulé du scénario, et nuit aux passages où la tension monte en la stoppant par une césure trop nette avec les moments de vie de couple. C'est là la principale critique qu'il est possible d'adresser à Oliver Stone : à vouloir trop coller au personnage et à sa nonchalance, le film prend un tournant plus lisse là où il aurait dû augmenter le voltage dans la salle.

Le rôle principal est endossé par un Joseph Gordon-Levitt qui s'attache à revêtir le rôle d'un homme complexé, écrasé par un système mais soucieux de mettre fin à celui-ci, quitte à accepter la fin d'une vie bien rangée et bien payée. L'on appréciera les (trop rares) apparitions de Nicolas Cage, ingénieur talentueux blasé, et ceux un peu plus présentes de Rhys Ifans, magistral en mentor bienveillant.

Pour ceux que ça intéresse, ci-joint un entretien sur la radio russe Sputnik concernant l'éventuel pardon présidentiel pour l'ancien contractuel des grandes oreilles américain. Où j'explicite que ce qui m'intéresse chez ce garçon, c'est le côté de l'Amérique des pères de la Constitution qu'il porte en lui.


Aucun commentaire: