vendredi 27 novembre 2015

Occupied : la série norvégienne qui fait polémique


Les séries ont la cote des deux côtés de l'Atlantique, et certains sont d'excellente facture : Vikings pour son côté semi-historique (la vie de Ragnar Lothbrok étant très parcellaire et entourée de faits imaginaires mais aussi réels) ou House of Cards pour son aspect jeu politique à l'échelle nationale américaine (nécessitant malgré tout de bien comprendre les rouages de l'administration présidentielle américaine). Sans compter les très suivies saisons de Game of Thrones (Trône de fer en français, tiré d'un roman de George R.R. Martin) où le fantastique est couplé à la politique dans un mariage réussi.

Occupied (Occupé en français) est une série norvégienne, créée par Jo Nesbø et faisant démarrer l'action du premier épisode dans un futur proche. Le scénario est le suivant : un premier-ministre (en Norvège il y a un roi à la tête de l'État) à tendance écologiste est élu démocratiquement et s'empresse de promouvoir le Thorium, considéré comme un élément radioactif dont l'exploitation future pourrait remplacer l'uranium, mais avec des déchets largement moins nocifs et en quantités trois fois plus abondantes. Il nécessite cependant des centrales nucléaires de quatrième génération pour son exploitation. Et dans la série, c'est justement le point de départ de l'action : la mise en activité prochaine de l'une d'elle corrélée à l'annonce de l'arrêt de l'exploitation des ressources fossiles de la Mer du Nord par la Norvège (pétrole et gaz) par le nouveau chef de l'État. De là s'ensuit des récriminations de la part de ses partenaires européens, et plus exactement de l'Union Européenne (la Norvège n'en est pas membre pour rappel). Des menaces de sanction sont proférées, et une pression diplomatique très forte s'exerce bien évidemment sur lui jusqu'à l'impensable : l'enlèvement du premier ministre. Le tout sous l'oeil du seul journaliste présent. Si le premier ministre est retrouvé peu après, le gouvernement doit faire face à un terrible dilemme : la Russie, employée comme bras armé de l'Union Européenne (si, si!) prend possession d'une plate-forme pétrolière pour accentuer la pression et contraindre la Norvège à revenir au statu quo ante bellum, c'est à dire reprendre l'exploitation et l'acheminement des matières premières. Dès lors, des choix politiques et énergétiques seront cruciaux pour l'avenir du pays.

Contrairement à ce que nombre de critiques ont relaté, le véritable agresseur n'est pas tant la Russie que l'Union Européenne en cette fiction. La Russie est présenté en tant que bras armé, non l'initiateur de l'occupation du territoire norvégien. D'ailleurs dès le début du premier épisode, il est bien question de sanctions économiques européennes étouffant le pays scandinave pour le contraindre à revoir sa politique énergétique. Plus tard, le président de la commission européenne prononce un discours guère ambigu sur sa décision initiale et l'appui russe subséquent. Sans compter la participation de la « soeur » scandinave, la Suède, à cette opération de reprise en main du pays, à la grande stupéfaction du premier ministre.
Le propos en est géopolitiquement caricatural mais dépeint bien les préoccupations de ce pays nordique.

L'épisode de lancement est plaisant dans sa narration, sa réalisation et pour les thèmes brassés (comme le thorium, de Thor Dieu nordique du tonnerre, pressentie comme la ressource énergétique future). Il reste juste à espérer que le scénario ne s'essouffle pas au fil du temps, passé la surprise (géopolitique) initiale.
Reste à regarder les sept autres pour se faire une meilleure idée de la qualité globale.

Pour en apprendre davantage sur l'exploitation du gaz et du pétrole par la Norvège, se rendre sur le site de Norsk Olje& Gass :
http://www.norskoljeoggass.no/en/
Carte intéractive des champs d'exploitation en Mer du Nord :
http://www.petroleumskartet.no/

Synopsis : 
Dans un futur qui ressemble à notre présent, la Norvège vit des heures historiques. Après avoir exploité durant des décennies le pétrole offshore qui a fait sa richesse, le pays, sous l'impulsion de son Premier ministre écologiste, Jesper Berg, décide de stopper l'exploitation des énergies fossiles pour lutter contre le changement climatique. Lors de l'inauguration d'une centrale au thorium, un combustible nucléaire "vert", il est enlevé, en hélicoptère, par un commando masqué, sous les yeux de son garde du corps, Hans Martin Djupvik et du journaliste d'investigation, Thomas Eriksen. À bord, le Premier ministre est confronté par visioconférence à deux commissaires européens. Ils l'informent que la Russie, à la demande de l'UE, va prendre le contrôle des gisements norvégiens de gaz et de pétrole. S'il refuse, les forces russes attaqueront…



ARTE diffuse l'intégralité de la série à raison d'un épisode par semaine : 

Aucun commentaire: