vendredi 14 mars 2014

Dossier Mer Noire, Cyber Crimée et Lock On, simulation militaire en Crimée

Il est enfin là : le dossier sur la Mer Noire exclusivement sur l'Alliance GéoStratégique!


Tous les deux jours, sauf actualité particulière, un nouvel article vous sera proposé sur ce thème ô combien contemporain. Seront abordés les différents pays, les différents enjeux, les différents peuples et les différends endémiques à la zone.
Pour en apprendre davantage en cette période où cette mer intérieure cristallise l'attention médiatique, rendez-vous sur l'Alliance GéoStratégique :

Enfin, un complément à mon article Cyber Crimée paru le 10 mars sur le présent blogue.
C'est Poussières d'Empire tenu par Kevin Limonier qui s'y colle et qui nous livre une cartographie ad hoc où l'on visualise parfaitement les dorsales Internet : http://villesfermees.hypotheses.org/243



Lock On, un simulateur de vol militaire russe sorti en 2003 et qui offrait la possibilité de piloter plusieurs appareils russes, du SU-25 au A-10. Le faible nombre d'aéronefs était compensé par un sérieux en matière de pilotage et d'instrumentation, avec cette pointe de sobriété (voire même de rugosité) esthétique propre aux productions de Russie.
Eagles Dynamics, la société éditrice basée à Moscou, n'en était pas à son coup d'essai puisqu'elle était déjà créditée de deux autres simulateurs ayant enflammé la critique pour ses qualités : SU-27 Flanker en 1995 et Flanker 2.0/2.5 en 1999/2002.
Lock On a la particularité d'être circonscrit à la Crimée et aux abords russes de la Mer Noire. Si le rendu visuel peut sembler sommaire au regard des productions contemporaines, il n'en est pas moins détaillé : la troisième image par exemple rend compte d'une partie de la ville de Kertch. En outre, le cycle jour-nuit est présent. De même que la carte est zoomable et laisse apparaître nombre de détails, comme les zones densément peuplées, les infrastructures portuaires ou encore les lignes de chemin de fer. C'est sur tout ce petit territoire que peuvent se mouvoir des unités aériennes bien sûr, mais aussi navales et terrestres, aux ordres variés et à la qualité des équipages variable. Cerise sur le gâteau : un éditeur de missions est intégré pour créer son propre environnement de combat.

L'on notera que le scénario impliquant des forces occidentales prend spécifiquement en compte une intervention en Crimée contre un coup de force russe. Une façon de vendre le logiciel en dehors de la zone russophone mais aussi de rappeler combien la Crimée n'a jamais cessé depuis 1991 d'être considérée comme une zone sensible.




Aucun commentaire: