mardi 10 décembre 2013

Sécurité Globale numéro double 23/24 sur les conflits dans le cyberespace



Désormais éditée par les éditions Eska après l'avoir été chez Choiseul, la revue Sécurité Globale continue de stimuler les réflexions et de faire intervenir les meilleurs spécialistes du moment.

La thématique de ce numéro double (!), soit 23 et 24, est consacrée à la cyberguerre. Et celui-ci tente de balayer un large spectre du sujet : entre autres ce que représente la cyberdéfense pour le ministère des affaires militaires, les hacktivistes et la loi, la perception américaine de la menace cyber chinoise ou même une analyse entre la frappe cybernétique Stuxnet et celle de Shamoon au Moyen-Orient. Sans pouvoir prétendre à l'exhaustivité, avouons qu'il y a aisément de quoi se sustenter en le domaine.

J'apporte mon éclairage au sein du chapitre consacré à « La cybérie russe ». Avec quelques apports complémentaires par rapport à ce que j'avais déjà exprimé par le passé au travers de mes autres articles.
Je ne suis bien évidemment par le seul contributeur, puisque dix-huit autres plumes se sont prêtées à l'exercice, dont des membres actuels ou passés d'Alliance GéoStratégique, tels Victor Fèvre, Charles Bwele et Olivier Kempf (qui en parle sur son blogue). 

Malheureusement, le lien n'a pas encore été intégré sur le site de l'éditeur, ce qui est assez regrettable puisque la revue a déjà fait l'objet d'une impression. Si d'aventure celui-ci m'était communiqué sous peu, je l'insèrerai au sein du présent billet. À défaut, n'hésitez pas à repasser sur le site officiel.

Et comme toujours, si vous désirez plonger plus en avant dans la cyberstratégie russe, rien ne vaut l'ouvrage clef vendu sur le site de l'éditeur Nuvis comme sur Amazon, ou encore disponible sur commande dans toutes les bonnes librairies. Et ce d'autant plus que le Président Poutine vient de promulguer un décret (n°894, Указ «О некоторых мерах по повышению эффективности деятельности государственных средств массовой информации») réorganisant deux importantes structures de diffusion de l'information que sont RIA Novosti et La Voix de la Russie au profit d'une entité unique dont on ne sait juste pour le moment qu'elle se dénommera Russie Aujourd'hui (Россия сегодня) avec Dmitri Kisselev comme futur directeur général de l'ensemble. Et ce dans une politique avouée de rationalisation des coûts comme de défense de la souveraineté informationnelle du pays.


Résumé
Méconnue, la stratégie russe dans les affaires du cyberespace, qu’elle soit militaire ou civile, apparaît concomitante  du  redressement  national  souhaité  et  appuyé  par  Vladimir  Poutine  depuis son accession au pouvoir en l’an 2000. Cette volonté prend pour base un texte délivré quelques mois après le début de son premier mandat à la magistrature suprême et conditionne encore aujourd’hui les orientations menées par les autorités à des degrés divers et dont le concept de souveraineté est omniprésent. Le monde militaire s’est emparé de cette approche pour livrer sa propre vision en 2012, non sans y préciser certains éléments par la même occasion.
Abstract
Unknown, the Russian cyberstrategy in the business of cyberspace, whether military or civilian, appears concomitant to national recovery desired and supported by Vladimir Puin since he came to power in 2000. This will take as a base a text issued a few months after the beginning of his first term in the presidency and still today influences the direction taken by the authorities to varying degrees and whose the concept of sovereignty is omnipresent. The military authorities have taken over this approach to deliver their vision in 2012, not without specifying certain elements at the same time. 

Aucun commentaire: