vendredi 4 octobre 2013

Disparition de Tom Clancy, l'un des maîtres de l'intrigue géopolitique


Le romancier Tom Clancy n'est plus, s'étant éteint le 1er octobre 2013 à l'âge de soixante-six ans.

Ceux qui ne lurent aucune de ses oeuvres n'en ont pas moins déjà pénétré son univers par plusieurs projections cinématographiques dont le sublime (bien que discordant par rapport au texte original) À la poursuite de l'Octobre Rouge ou encore Danger Immédiat qui font partie du cycle Jack Ryan, analyste au sein de la CIA qui sera propulsé dans la hiérarchie au fil des écrits. La force de ces écrits tint notamment à deux facteurs : le premier étant une recherche poussée sur les acteurs, les enjeux géopolitique et géoéconomique, les arcanes du monde de l'espionnage, le matériel existant et potentiel dans un futur proche et le second par la création d'un univers plausible où les individus évoluent dans un univers cohérent et permanent, en attestent les divers caméos de personnages des différentes séries. La dynamique de ces deux facteurs a contribué grandement aux succès de librairie de Tom Clancy, à juste titre même si la qualité était inégale entre les récits et en leur sein même. On pouvait aussi lui reprocher une certaine obsession pour des ennemis récurrents qu'étaient russes et chinois, bien que les modalités étaient amenées à changer selon l'oeuvre traitée en introduisant de nouveaux dangers, telles les mouvances terroristes, menaçant l'ordre établi (comprendre occidental).

Trop rarement citée, une série demeure méconnue chez les lecteurs francophones alors qu'elle bénéficiait d'une réelle prescience lors de son lancement en 1999, à savoir NetForce. Contant la mise en place d'un groupe de spécialistes évoluant dans le cyberespace, l'intelligence de l'auteur fut d'interpénétrer deux univers, virtuel et réel, au lieu de les opposer. Une perception qui se déclinait en l'interaction de deux groupes d'action oeuvrant sur les réseaux et sur le terrain. Dix opus furent ainsi publiées entre 1999 et 2006 qui balayèrent un vaste champ des possibles dans le cadre de guerres informationnelles. Pour pompier et américano-centrée que furent ses trames, force est de constater que la charpente des intrigues était souvent bien vue.
NetForce fut portée à l'écran sous forme de série télévisée.

L'homme n'était pas uniquement un romancier mais aussi un rédacteur d'ouvrages techniques, focalisé sur les forces armées américaines (sous-marins, blindés, troupes spéciales etc.). Par ailleurs, très orienté multimédia comme l'on disait dans les années 1990, il lança en 1996 sa propre compagnie de jeux vidéo, entrevoyant le potentiel créatif possible de ce nouveau média : ce fut l'émergence de la société Red Storm Entertainment que les aficionados de la série Rainbow Six connaissent bien, avant que l'esprit n'en fut dévoyé après son rachat par Ubi Soft. Rainbow Six simulait des situations de crise impliquant l'intervention d'un groupe anti-terroriste international, l'accent étant mis sur la préparation tactique (premier jeu du genre) et la complémentarité des membres afin de mener à bien chaque mission. Plusieurs autres oeuvres bénéficieront d'une adaptation ou d'une mise en contexte de l'auteur, citons parmi tant d'autres H.A.W.X. et Tom Clancy's EndWar (pour ce dernier, l'anecdote est qu'il donna lieu à une nouvelle a posteriori, écrite par Raymond Benson sous le pseudonyme collectif de David Michaels).  

Un hommage qui se termine par une vidéo emblématique de la mise en perspective et du décorum clancyens...


Aucun commentaire: