mardi 12 février 2013

Insolite : une petite histoire du surf en Russie


Article d'Alexandre Latsa paru sur La Voix de la Russe le 9 février 2013

Alors que la Russie apparaît de plus en plus comme un pays qui remporte des médailles et des coupes dans le domaine des sports de glisse sur neige, le pays semble se tourner dans une autre direction : les sports de glisse aquatiques et notamment le surf. 

En 2001, le très célèbre Surfer’s journal, que seuls les surfeurs connaissent, avait en effet publié un étonnant reportage ou quelques Californiens illuminés avaient eu l’idée de venir en Russie et longer la baie d’Okhotsk pour y chercher le Saint Graal : des spots de surf encore vierges et des vagues parfaites. Le reportage nous apprenait qu’en Russe une planche de surf se dit Doskaet rendait bien compte des impressions de nos jeunes Californiens, qui découvrait l’état de délabrement de l’Extrême-Orient d’une Russie postsoviétique, durant l’an I de l’ère Poutine. Entre les rencontres avec les mafieux des boîtes de nuits de la ville d’Okhotsk ou avec les beautés d’Extrême-Orient assez fascinées de croiser des Californiens bronzés et aux cheveux longs et blonds, le reportage confirmait bien la présence de spots de surfs et de vagues, tout autant que de surfeurs puisque l’un des héros du reportage était un russe, ancien militaire, qui habitait sur une plage et surfait tous les jours. 

En 2009, le triple champion du monde de surf, Tom Curren, que les Français connaissent bien car celui-ci a vécu de nombreuses années dans le Sud de la France a lui aussi participé a un surf trip dans l’Extrême-Orient russe, mais cette fois dans la péninsule du Kamtchatka. C’est son sponsor, la célèbre marque Rip Curl, qui a organisé ce déplacement dans le cadre de leur campagne : « The Search » c'est-à-dire « la recherche » de la vague parfaite bien sûr, vague parfaite que le triple champion du monde a donc trouvé en Russie. Des photos magnifiques et deux vidéos incroyables illustrent pour l’éternité ce voyage étonnant, en MI-8, à travers la péninsule du Kamtchatka. 

En 2010, c’est une association médiatique entre la chaine d’Etat Ma Planète (Moya Planeta), lancée un an plus tôt et dédiée au voyage, à l’histoire et à la science, et la chaine Rossia 2 qui annonçait la sortie du premier film de surf russe intitulé : On the wave et dont le site officiel est consultable ici. Enfin très récemment, un voyage de plusieurs surfeurs professionnels a de nouveau eu lieu sur la péninsule du Kamtchatka, confirmant la présence de spots vierges et de Beach-Breaks (spots de vagues de sable) tubulaires de très bonne qualité

Mais l’histoire du surf en Russie n’est pas écrite que par des étrangers. En 2008 une Fédération russe de surf a même vu le jour, fédération qui organise des compétitions et une coupe de la Russie, ainsi qu’une organisation qui elle aide au développement du surf en Primorie, en lien avec le Vietnam. Les lecteurs seront en outre sans doute très surpris de voir que ces dernières années la communauté russe du surf s’est réellement organisée comme le montre cette incroyable vidéo sur les surfeurs de Vladivostok. En outre de nombreux spots de surfs sont désormais localisés (voir ici et ). 

Plus loin de l’océan, la capitale russe elle aussi est touchée par la mode du surf. Moscou a vu en effet se dérouler une « surf-parade urbaine » et la ville est devenue un spot de surf également, puisque des Français y enseignent même le surf sur la rivière Moskva, on parle là de Wakesurfing les vagues étant formées par un bateau. Enfin et pour terminer, le Sud de la Russie, malheureusement épargné par les vagues, bénéficiera lui de la technologie pour que les russes qui le souhaitent puissent y surfer. Le très prestigieux hôtel Sheksna à Sotchi vient en effet de commander une piscine à vagues d’une superficie de 3 250 m², de la technologie PerfectSwell. Il s’agit d’une piscine à vague réglable par ordinateur permettant de moduler la taille et la forme de la vague, le sens et l’angle de déferlement, sa longueur et sa puissance et de fournir jusqu’à 10 vagues de 1,80 mètres maximum par minute (voir en images ici). 

Le système comprendra un système d’assainissement et de chauffage écologique pour prolonger la saison d’exploitation sans dépense énergétique supplémentaire. Victor Lipukhin, propriétaire de la station a déclaré : « Pour mon ressort, je veux une piscine qui réponde aux besoins des familles actives et qui leur permettent d’apprendre à surfer. Sa conception est idéale pour les compétitions et les démonstrations ». 

Et si à l’avenir, la Russie devenait une destination surf ?

Aucun commentaire: