jeudi 11 octobre 2012

Forum Mondial de la Démocratie 2012


Du 5 au 11 octobre 2012 s'est tenu le Forum Mondial de la Démocratie réunissant personnalités et experts, se succédant à travers la tenue de plusieurs tribunes et ateliers au sein du Palais de l'Europe (Conseil de l'Europe) comme en divers points de Strasbourg, la ville hôte. Et présidé par Ban Ki Moon, secrétaire général de l'ONU.

J'ai été amené à y participer dans le cadre de l'atelier B2 consacré aux « nouveaux médias et (r)évolutions démocratiques » modéré par Mme Deborah Bergamini, Présidente de la sous-commission des médias et de la société de l'information de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Mon intervention au sein de l'hémicycle a principalement porté sur les éléments suivants (en langage geek, l'on dirait les tags) : l'environnement singulier du cyberespace ; le concept de neutralité technologique ; la puissance des idées et leur marche inéluctable lorsqu'elles sont à maturation ; le parallèle (nuancé) avec l'imprimerie et la difficulté de réguler efficacement ; les menaces exercées non seulement par les pouvoirs politiques mais aussi économiques et financiers sur Internet ; la question de l'adéquation de la propriété intellectuelle du XIXème siècle face à une révolution technologique contemporaine ; les réseaux sociaux courroie et non moteur des révolutions modernes ; l'humain placé au centre d'une révolution technologique et de sa grappe d'innovations.

Et de terminer mon intervention par cette phrase de Victor Hugo : « Il existe une chose plus puissante que toutes les armées du monde, c’est une idée dont l’heure est venue ».

Bien évidemment, il n'était pas possible, à moins de monopoliser outrancièrement la parole au détriment des autres intervenants, fort passionnants qui plus est, de développer conséquemment les propos tenus. Il me fallut donc procéder par certains raccourcis, toujours source d'une certaine frustration, bien que suffisants pour poser la problématique et d'inviter à la réflexion. M. Alexandre Heully, responsable du Café Babel, rebondissant de manière très habile sur ma démonstration pour accentuer le fait qu'Internet n'est pas un outil politique, même s'il est parfois politisé. 

Si d'aventure les actes de cet atelier devaient être publiés (et j'ai cru comprendre qu'il y aurait une initiative en ce sens), je vous en ferai part dès leur parution. Non seulement en raison de ma propre intervention, mais aussi eu égard à la qualité de tous les autres participants de France et d'ailleurs (Mexique, Côte d'Ivoire, Syrie etc...). Lesquels ont apporté un écot non négligeable à cette réflexion qui est en cours et qui mériterait encore bien des débats et un approfondissement conséquent.

En outre, grande satisfaction que d'avoir pu assister à l'atelier de l'école de commerce où j'officie, à savoir l'ISEG, et dont j'ai été co-organisateur avec le responsable pédagogique M. Fellrath, sur le thème très contemporain : « Les acteurs économiques et financiers sont-ils des relais de la démocratie au sein de la mondialisation ? ».  Salle comble et questions ont permis d'attester d'un réel succès de ce partenariat officiel entre l'école et le Conseil de l'Europe.


Crédit Photo : Jacques Denier/Conseil de l'Europe

Ouverture du premier "Forum mondial de la... par euronews-fr

Aucun commentaire: