dimanche 26 août 2012

Un appel contre Apple?


Une victoire retentissante d'Apple dans le match judiciaire qui l'oppose à Samsung, le tout illustré par un chiffre donnant le tournis : 1 milliard de dollars. La somme à débourser pour le géant Coréen en raison de la violation de six brevets (sur sept) reconnus par le tribunal fédéral de San Jose comme ayant fait l'objet d'une violation de copyright. Et le risque d'un retrait à terme des produits soupçonnés d'employer des technologies sans autorisation ou par contrefaçon.

Évidemment, un appel a été formé et l'audience est prévue le 20 septembre 2012. Et l'on se doute que la pression sur les juges sera énorme.

Néanmoins, plusieurs conjectures à ce stade peuvent être envisagées :
  • un affaissement de la concurrence envers Apple ou à défaut le paiement d'un péage (licence d'exploitation) pour l'autorisation d'utiliser des brevets déposés, ce qui in fine reviendrait à faire supporter par le consommateur une hausse des prix et le risque de pratiques commerciales lui étant moins profitables.
  • la remise en selle de Microsoft et de RIM grâce à une propriété intellectuelle logiquement plus solide que celle de Samsung, en théorie seulement mais les laissant malgré tout avec une épée de Damocles judiciaire au-desssus de leurs produits.
  • la peur fédérant les alliances, il n'est pas exclu de voir apparaître une ligue anti-Apple par mutualisation des brevets et des moyens financiers de plusieurs acteurs du secteur, un tel scénario serait hautement périlleux pour Apple qui n'aurait pas la masse critique pour y résister.
  • le danger d'une riposte judiciaire en d'autres pays, y compris en Corée du Sud où le 23 août un verdict a reconnu les torts partagés entre Samsung et Apple. Détournant des fonds précieux vers le service du contentieux au lieu de les placer dans la recherche et le développement. De même qu'en accentuant la captation de brevets, Google commence déjà à se positionner sur une autre stratégie, celle de l'agglomération de brevets. Et une nouvelle plainte vient d'être déposée quelques jours (le 18 août) avant le verdict entre Samsung et Apple sur le fondement de l'utilisation indue des brevets Motorola. L'escalade n'est par conséquent pas terminée, et pourrait se durcir conséquemment. Par ailleurs, la plainte est matoise car elle vise à bannir toute importation de produits Apple aux États-Unis : ces derniers étant en effet fabriqués... en Asie (principalement à Foxconn, Shenzhen, Chine)! Google se servant de Motorola pour défendre l'économie et la technologie Américaines. L'édition de Bloomberg du 18 août est révélatrice : The complaint at the U.S. International Trade Commission claims infringement of seven Motorola Mobility patents on features including location reminders, e-mail notification and phone/video players, Motorola Mobility said yesterday. The case seeks a ban on U.S. imports of devices including the iPhone, iPad and Mac computers. Apple’s products are made in Asia. “We would like to settle these patent matters, but Apple’s unwillingness to work out a license leaves us little choice but to defend ourselves and our engineers’ innovations,” Motorola Mobility said in an e-mailed statement. Motorola Mobility and Apple have been fighting since at least 2010 after licensing talks failed.
  • la perspective trouble quant au montage des appareils Apple utilisant nombre de technologies de Samsung dans les produits commercialisés (DRAM, mémoire Flash, processeurs). Certes ceux-ci bénéficient d'un accord commercial mais qu'adviendra-t-il si Samsung dépose de nouveaux brevets essentiels aux composants devant être intégrés dans un produit Apple (tablette ou ordiphone) et en mesure de rétorsion devait décider d'un embargo technologique ?
En définitive, Apple en ouvrant la boîte de Pandore ne sait pas exactement de quoi sera fait l'avenir des tablettes et des ordiphones puisque nombre de scenarii sont envisageables : les uns ouvrant sur un ciel bleu azur et les autres sur un horizon orageux grondant et menaçant. L'inimitié de géants de l'électronique que la société de Cupertino s'est aliénée pourrait avoir de sérieuses répercussions sur le marché, pas forcément profitables aux consommateurs. De même que se pose la question de la sacralisation à outrance de la propriété intellectuelle (par les brevets) comme frein à l'innovation. Feu Steve Jobs avait déclaré à son biographe vouloir déclencher une « guerre thermonucléaire » envers Android, clôturant de fait l'ère où Apple répondait à la concurrence par l'humour et l'innovation.

MAJ : Ce 31 août 2012, une juridiction de Tokyo (Japon) vient de débouter Apple de ses demandes sur le fondement que la technologie de transfert audio et vidéo n'était pas identique. Ce n'est qu'un modeste exemple de la bataille judiciaire mondiale qui se livre actuellement entre les deux géants. Et la très forte peine infligée à Samsung pourrait avoir l'inverse des retombées qu'escomptaient peut-être Apple avec un suivisme judiciaire. Par ailleurs lors du salon IFA de Berlin, Samsung a présenté son Galaxy Note 2 mais aussi une gamme de produits de type Ativ, fonctionnant sous... Windows 8. Et dont l'avantage est l'insusceptibilité de poursuites en raison d'un accord entre Microsoft et Apple. Samsung mise désormais sur deux tableaux, et sur de nouvelles innovations pour contrecarrer les desseins d'Apple. Malgré tout, qu'adviendra-t-il si Samsung brevette son nouveau design, ses nouvelles fonctionnalités, entravant de concert et à la suite d'Apple la possibilité pour des concurrents d'agréger de bonnes idées au profit de tous ?

Aucun commentaire: