mardi 14 février 2012

Revue de presse géopolitique de février 2012

L'actualité mondiale est très riche, il est vrai que la crise financière mondiale n'en finit de provoquer des répliques ici et là et plus particulièrement sur le vieux continent qui offre au regard du monde une croissance asthmatique et des mouvements de contestation désormais endémiques.

À l'exception de l'Allemagne qui justement sert de modèle à nombre de dirigeants, provoquant en leur pays un sentiment diffus de réprobation à l'encontre de responsables politiques semblant hypnotisés par un modèle étranger. Car l'Allemagne comme toujours suscite bien des fantasmes qui ont le mérite pour l'analyste d'être la mèche à feu afin de se plonger plus en détails dans la réalité.

Le Courrier International s'est justement saisi du dossier pour en faire sa une de cette semaine. Avec une sélection d'articles de Der Spiegel, du Los Angeles Times, du Dagens Nyheter, du Newsweek Polska ou encore du Süddeutsche Zeitung. Lorsque l'on aime on ne compte pas, surtout en cette période de Saint Valentin, mais il est dommage de ne pas disposer d'encore plus de matériau sur le sujet. Quoiqu'il en soit, un focus passionnant qui ne se présente ni à charge ni à décharge de ce qui est devenue la principale puissance Européenne sans contestation depuis près de deux ans. Toutefois, et je rejoins en cela l'article du Monde, l'Allemagne devient un mastodonte politique (elle l'était déjà économiquement bien avant) sans vraiment l'avoir souhaité mais doit désormais l'assumer et tâtonner dans la tourbillonnante et piégeuse arène des puissances mondiales.
Extrait du Monde du 14/02/2012 : 
...Les Allemands se retrouvent dans l'étrange position d'être respectés, et même admirés, dans le reste du monde - rien n'impressionne plus les Chinois ou les Singapouriens que l'efficacité allemande ! - mais toujours contraints de feindre l'humilité auprès de leurs voisins et partenaires de l'UE. Cet inconfort est d'autant plus paradoxal que l'Allemagne a bel et bien émergé de la crise de l'euro comme le leader de l'Europe. Non seulement en raison de la taille de sa population et de son PIB, mais aussi parce que son économie est mieux gérée que celle des autres. Et parce que la situation est si grave, les acteurs si affaiblis, que l'on cherche un leader, désespérément.
Alors, de plus en plus, l'Allemagne remplit ce rôle, volontairement ou non. Lorsque Mme Merkel va à Pékin pour demander à la Chine d'investir en Europe, elle se présente de facto comme le leader de l'UE. Lorsqu'elle offre de venir soutenir la campagne de Nicolas Sarkozy, sans imaginer que ce soutien est à double tranchant, c'est qu'elle se sent forte. Lorsqu'elle exprime sa vision de l'Europe, "union politique", à six journaux européens ou en ouverture du Forum de Davos, cette vision a du poids parce qu'elle émane du numéro un allemand. C'est, après tout, à Berlin et non à Paris ni à Londres que le ministre polonais des affaires étrangères, Radek Sikorski, a choisi d'aller prononcer, fin novembre, son discours de fin de présidence polonaise de l'UE...


Autre publication ayant suscité toute mon attention : Carto. Un magazine bimensuel se proposant d'expliciter les enjeux mondiaux, présents et même passés, à travers l'études des cartes. Il est vrai que le succès sur la chaîne franco-allemande ARTE du Dessous des Cartes n'est peut-être pas pour rien dans le lancement de cette revue qui en est déjà à sa neuvième édition. Précisons que le premier numéro sorti en octobre 2010 traita de la puissance Russe en guise de sujet central.

L'on peut être quelque peu dérouté par le kaléidoscope de sujets disparates traités au sein d'un même numéro. Cependant, ce qui pourrait être une faiblesse se révèle une force tant l'on se plait à prendre connaissance de contrées n'ayant peu, voire pas du tout, fait l'objet de développement dans les actualités des grands médias (surtout télévisés malheureusement où l'on nivelle par le bas). Ainsi pour parler concrètement, ce numéro de début d'année revient en détails sur la guerre d'Algérie, avec de nombreuses cartes explicatives sur le déroulement de celle-ci mais aussi des plans antérieurs au déroulement des opérations. Pour le reste, et comme le Qatar semble de plus en plus susciter d'analyses, deux géographes, Philippe Cadène et Brigitte Dumortier se sont penchés sur l'émergence réelle ou extrapolée des puissances du Golfe Persique. L'on transite ensuite par la Moldavie, une ex-république Soviétique plongée dans l'oubli et qui demeure néanmoins une zone de conflit gelée. Un petit tour par l'île de Madeire, possession Portugaise, qui croûle de nos jours sous une dette difficilement gérable. Du plus exotique thématique avec l'industrie du manga au Japon ou encore la vente de terre Islandaise à la Chine. Un article moins anodin qu'il n'y paraît : comment cartographier des entités dont le territoire est écrasé en superficie par les voisins, comme l'Océanie? Un bien instructif petit dossier sur la course aux terres fertiles, cet or vert qui suscite de plus en plus de convoitises chez les puissances émergentes.

En somme, du bel ouvrage qui malgré une somme un peu rebutante au départ, près de 11 €, vaut l'investissement pour l'ensemble des informations délivrées avec l'avantage que la probabilité d'un sujet peu attractif soit compensée par une autre suscitant l'intérêt du lecteur. 

2 commentaires:

Stéphane Mantoux. a dit…

Carto est une revue intéressant qui a le mérite de vulgariser "correctement" la géographie, qui en a bien besoin. Par contre la partie histoire de la revue est faible et la dépendance est grande, pour l'illustration, par rapport aux éditions Autrement... le public est donc bien ciblé (enseignants, amateurs éclairés, etc).

Yannick Harrel a dit…

Bonjour Stéphane,

Oui je me souviens que tu avais traité d'un numéro sur ton blogue il y a de cela quelques mois déjà.
Pour l'amateur éclairé que je suis de vieilles et nouvelles cartes, je dois admettre que j'y trouve mon content. Je salue l'existence de ce magazine car fondamentalement les Français semblent avoir un souci avec la géographie en tant que tel.

En espérant qu'il y ait de bien nombreux numéros à suivre...

Cordialement