mardi 27 décembre 2011

2012, vers un nouvel élan pour la conquête spatiale?


Paradoxalement, c'est l'échec de la sonde Russe Phobos-Grunt, qui s'écrasera début janvier sur le sol Afghan selon les prévisions, qui m'a amené à me replonger dans l'actualité spatiale.

Et je ne peux m'empêcher pour ce faire de mentionner le site De la Terre à la Lune qui dans son dernier billet a tenu à opérer le bilan 2011 du secteur en deux parties. Non sans avoir jeté un coup d'oeil dans le rétro et envisager l'avenir : 
Rappelons en effet que 2011 a commencé sous le signe de la nostalgie. Comme je vous en avais fait part il y a quelques mois et aussi plus récemment, nous avons fêté cette année un triple anniversaire. 1) Russe tout d’abord, avec les 50 ans du premier homme envoyé dans l’espace. 2) Américain ensuite, avec le cinquantenaire du discours de Kennedy et le début du programme Apollo qui a conduit 12 astronautes à marcher sur la Lune. 3) Sans oublier, Français enfin, soit l’anniversaire des 50 ans du Centre national d’études spatiales (CNES) dont vous pouvez encore suivre le déroulement des festivités sur le site internet et sur twitter #LeCNESa50ans...
Alors 2011 année charnière ? Pari américain, modernisation russe, affirmation européenne et accélération chinoise : tout y est, bien qu’à des degrés différents et selon des efforts variables. Ainsi, les relations spatiales sino-américaines seront celles qui détermineront certainement tout le reste comme le montre ce récent article de la revue Nature. Elles s’inscriront de fait dans un ensemble plus vaste traduisant l’ascension militaire chinoise et le déclin relatif américain

Pour en revenir à la Russie, c'est son deuxième échec consécutif vers la planète rouge qui se refuse à elle. En 1996 (soit près de 15 années d'absence!), une défaillance du lanceur Proton avait fait échouer la mission. La récente avanie eut l'heur de provoquer l'ire du Président Dmitri Medvedev : "Я не предлагаю ставить к стенке, как при Иосифе Виссарионовиче. Но, тем не менее, наказать по серьезному или рублем - просто вытряхнуть все деньги, которые были заплачены. Или второй вариант, если есть явная провинность, это может быть дисциплинарная или даже уголовная ответственность", - цитирует слова Медведева РИА Новости. Source : 1TVNet.ru
Il est peu plausible que les Russes qui font de l'épopée spatiale une question de prestige et de maintien de leur souveraineté technologique abdiquent aussi vite. L'année 2012 pourrait être celle d'une reprise en main en ce secteur, quelque soit le Président sortant aux prochaines élections. Et ce d'autant que la croissance est à un niveau acceptable et n'entraînera pas d'obligations de coupes budgétaires.

Pour ceux qui aimeraient faire un tour virtuel de notre système solaire et même au-delà, je puis vous recommander un logiciel, gratuit de surcroît : Celestia. Plusieurs avantages : multi-plateforme (Linux, Windows et MacOS) et faible poids en terme de Mo (une trentaine avant installation). Un inconvénient cependant : la procédure assez retorse pour intégrer de nouveaux éléments (add-ons), regrettable car il est fort bien achalandé en ajouts telles les navettes Atlantis ou Endeavour avec Astro-2 ainsi que des corps célestes comme la Nébuleuse Omega. Du reste, la visualisation en 3D est bluffante pour certaines représentations telle la Lune, au prix il est vrai d'une place mémoire conséquente grâce à ces fameux add-ons.
Laissez-vous tenter au moins, ne serait-ce que pour découvrir l'immensité de ce qui nous attend au-delà de l'exosphère.

Enfin, je puis aussi vous recommander un film visionné très récemment : Apollo XVIII. Du nom d'une mission programmée mais qui ne put être menée à bien du fait des coupes budgétaires, clôturant de fait la conquête de la Lune par les Américains en attendant que Chinois, Indiens ou autres relèvent le gant. Le film s'appuie sur des documents d'archive réassemblés dévoilant ce que fut en réalité la mission XVIII du programme Apollo qui aurait été finalement exécutée et quelle serait la raison pour laquelle le gouvernement Américain n'aurait pas souhaité le poursuivre. Tourné à la manière d'un vrai documentaire d'époque avec impuretés sur le film et des plans en noir et blanc, la trame nous emmène autour puis sur le corps céleste, et plus précisément dans le cratère Copernic.
Je ne puis trop en dire, sachez cependant que le producteur est un... Russe : Timur Bekmambetov, qui fut aussi réalisateur des deux premiers épisodes de la trilogie des Dozor (Дозор). Le réalisateur étant lui Espagnol : Gonzalo López-Gallego. De même qu'un site fut monté pour l'opération : www.lunatruth.com (n'allez pas dessus néanmoins pour éviter de perdre trop de la surprise lors du visionnage).
À regarder, ne serait-ce que pour se rappeler qu'il y a déjà un peu plus de 40 ans l'homme avait posé le pied sur cet astre.


En complément, lire avec à propos cet article du Monde datant de 2010 mais restant entièrement actuel : Qui va décrocher la Lune ? Ce n'est pas un hasard si les Chinois, dans leur apprentissage du spatial, semblent à la fois revisiter les classiques des missions Apollo et les fondamentaux des vols soviétiques. Avec cependant une manière bien à eux de ne pas afficher trop vite, et trop clairement les objectifs. "Ils ont chaque fois procédé de la même façon, analyse Philippe Coué, spécialiste du spatial chinois et auteur de La Chine veut la Lune (A2C Médias, 2007). Jusqu'à la fin des années 1990, ils disaient avancer prudemment vers les vols habités, ils montraient quelques vagues études pour un avenir lointain. En réalité, ils étaient prêts, et tout le monde s'en est rendu compte avec le premier tir d'une capsule Shenzhou en 1999 qui a conduit au premier Chinois dans l'espace en 2003."... 
...l'Inde compte sur une botte secrète : une coopération étroite avec les Russes, qui eux connaissent bien la route de la Lune. Cette aide peut leur ouvrir quelques raccourcis. Ainsi Chandrayaan-2, qui doit poser en 2012 un robot sur le sol, fera-t-il l'objet d'une collaboration étroite avec Roskosmos, l'agence spatiale russe. Celle-ci vendra aussi aux Indiens un vol de Soyouz, vers 2013, pour aguerrir un équipage indien avant l'épreuve du premier vol orbital autonome, en 2015...
La course à la Lune sur le point d'être relancée pour des questions de prestige, mais pas uniquement... Des spéculations scientifiques sur les propriétés de l'Hélium-3 ne sont pas anodines à ce regain d'intérêt bien qu'aucune annonce ne sera délivrée en ce sens.

Signalons enfin la sortie des actes du colloque de Participation & Progrès intitulé sobrement Espace et Défense aux éditions L'Harmattan.


En attendant ces retrouvailles avec notre satellite naturel, n'oubliez jamais ce que professait si bien le savant Russe Tsiolkovski : « La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau ».

Crédit illustration : Celestia

MAJ : J'apprends que la mission GRAIL (Gravity Recovery and Interior Laboratory) de la NASA est en cours, les deux sondes Grail-A et Grail-B descenderont progressivement d'altitude jusqu'à seulement 55 kilomètres de la surface de l'astre pour percer les secrets de l'intérieur lunaire et avoir une meilleure connaissance des différentes couches de celui-ci.

Aucun commentaire: