mardi 9 août 2011

Lorsque Tottenham RIM avec sauvageons

Les émeutes secouant actuellement l'Angleterre, et plus particulièrement le quartier (borough) londonien de Tottenham, sont porteuses d'éléments qui mériteront une analyse approfondie après les évènements.

Ces flambées de violence renvoient à celles de Paris en 2005. Et démontre que les centres urbains peuvent rapidement redevenir des foyers d'insurrection difficilement contrôlables. Un phénomène que les grandes cités n'ignorent déjà plus, y compris celles qui ont pour l'heure été épargnées. Outre le caractère social attesté par le déclenchement en des quartiers paupérisés, certains experts évoquent en sus l'aspect ethnique de ces soulèvements, tel le professeur Gus John de l'université de Londres et spécialiste de la question. Un point ne pouvant que faire écho à l'aveu d'échec du gouvernement en matière de multiculturalisme made in England énoncé en début d'année par le Premier Ministre David Cameron. Misère sociale et repli communautaire, un cocktail explosif...

L'autre aspect méritant d'être relevé durant cette flambée de violence : l'emploi des nouvelles technologies communicationnelles pour se mouvoir et coordonner des actions. Ce n'est pas nouveau bien entendu, et encore plus facilité avec l'informatique nomade permise par des appareils de plus en plus puissants et pouvant tenir dans une poche.
Alors que Twitter et Facebook avaient défrayé la chronique lors des mouvements sociaux récents du pourtour méditerranéen, c'est BBM ou BlackBerry Messenger, qui est au coeur de la tourmente. En effet, le logiciel natif de la société de téléphonie Canadienne RIM serait particulièrement apprécié des émeutiers pour sa capacité à préserver leur identité et localisation.
Par ailleurs Twitter n'est pas bien loin dans les opprobres des officiels. Le réseau social où tout doit être communiqué en 140 caractères maximum et qui avait joué un rôle dans le déroulement des troubles Iraniens de 2009.
Ce n'est cependant pas la première fois que RIM est pointé du doigt pour l'efficacité de ses services : ainsi certains pays du Golfe Persique comme l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahreïn ou encore le Koweït avaient menacé l'année dernière de boycotter les produits de la firme pour refus de collaborer avec les services de renseignement nationaux.

Une fois encore un avertissement d'usage : un mouvement social ne naît pas d'un procédé technique mais par son usage en tant qu'outil. En corollaire, ce sont les individus qui font l'Histoire par le concours cocomitant d'une révolution technologique, mais en aucun cas la révolution technologique ne fait l'Histoire sans individus.

Pour plus d'information sur le système de cryptage des communications des BlackBerry, se rendre sur le site officiel :
The BlackBerry Enterprise Solution offers two transport encryption options, Advanced Encryption Standard (AES) and Triple Data Encryption Standard (Triple DES)*, for all data transmitted between BlackBerry® Enterprise Server and BlackBerry smartphones.
Private encryption keys are generated in a secure, two-way authenticated environment and are assigned to each BlackBerry smartphone user. Each secret key is stored only in the user's secure enterprise account (i.e., Microsoft® Exchange, IBM® Lotus® Domino® or Novell® GroupWise®) and on their BlackBerry smartphone and can be regenerated wirelessly by the user
.

3 commentaires:

oodbae a dit…

Bonjour,

je souhaiterais réagir à votre avertissement "un mouvement social ne naît pas d'un procédé technique etc. " et son corollaire. Je comprends bien que vous résumez en trois lignes un raisonnement qui serait plus consistant sur un livre entier mais quand même...

Lorsqu'au XIX les américains massacrent en un quart d'heure les milliers de peaux-rouges rassemblés derrière Sitting Bull à la mitrailleuse, il me semble que la révolution technologique n'a pas fait l'Histoire sans individus, certes, mais elle y a apporté la contribution majeure. Lorque pendant la première g.m les canons et les mitrailleuses massacrent des millions de soldats, il y a certes eu des hommes derrière les armes alors "nouvelles", mais enfin, la révolution technologique a plus fait l'Histoire que les servants de canonnière car avec un simple fusil, ces mêmes servants auraient combattu avec autant de rage mais avec une bien moindre "efficacité" mortelle et l'Histoire aurait été autre, car déchargée du carnage des tranchées.

Mais ce paragraphe n'est pas une réelle contradiction à votre propos et vous auriez probablement affirmé ce même genre de limite au raisonnement sur plus de place.

Là où je ne suis pas d'accord avec vous, c'est de croire que "le mouvement social ne nait pas d'un procédé technique, etc". L'occasion fait le larron, dit on. IL est fort probable que des milliers de jeunes gens, ou moins jeunes, participent à ces mouvements alors qu'ils ne s'y seraient jamais pris sinon, parce que les réseaux sociaux leur ont permis de s'impliquer facilement, par simple clic (quasi-) anonyme. Auparavant, un engagement politique nécessitait la visite de réunions, l'adhésion (payante) à un parti, l'entrée dans un réseau de connaissance, au strict minimum la lecture de livres ou de journaux (payants). Aujourd'hui, ceci est gratuit. On est incité à s'y impliquer par la facilité que les nouvelles technologies offrent et l'excitation de participer à la vie publique/politique de la société.

(commentaire en deux parties)

oodbae a dit…

(2ème et dernière partie) Pensez au fonctionnement de la publicité. Personne ne nous force à acheter des yaourts Danone à 5€/kilo alors qu'une sous-marque propose exactement le même produit à moindre prix , issu de la même usine mais avec un autre packaging. Pourtant, de nombreuses personnes les achètent, persuadées que le surprix est corrélé à une meilleure qualité, persuadées qu'elles accomplissent un acte intelligent et responsable en achetant Danone au lieu de " **?*##".
Ou prenons l'exemple d'une montre de luxe, par exemple Festina, ou Ralf Tech ou Bells. Qui peut croire sérieusement que la présence d'une telle montre au poignet fait changer de catégorie sociale? Et pourtant, nombreux sont ceux qui ont accompli l'achât coûteux d'une de ces montres, cédant à l'effet du marketing, croyant que leur catégorie sociale, le regard qu'on porte sur eux (ou elles), s'améliorerait, alors que sans les affiches omniprésentes, ils n'auraient pas accompli tel achât (ou auraient choisi une marque traditionelle, Rolex par exemple). La publicité oriente les comportements et en suscite.

Votre avertissement, je le comprends comme l'idée qu'in fine, c'est toujours un homme qui tire sur la gâchette, si vous voyez ce que je veux dire. Mais je crois que justement, ce genre de principe est inapproprié voire absurde pour le phénomène de ces révoltes car ce phénomène est bien plus complexe qu'une action simple, close dans le temps, telle que par exemple un tir de gâchette.

On peut repenser au jugement des responsabilités dans l'organisation de la solution finale, dite Holocauste. Est-ce que chaque acteur de l'Holocauste a vraiment fait, consciemment ou pas, l'histoire? Chaque acteur en était il responsable, du garde du camp au conducteur de train en passant par l'ouvrier d'entretien des machines de l'usine de production de zyklonB? Alors ils auraient du tous être punis, et non seule une vingtaine de dignitaires au procès de Nüremberg. Ou alors la puissance technologique que le ZyklonB, les chemins de fer et, accessoirement, la bureaucratie procurent, a t'elle permis à l'Histoire de prendre la forme de l'holocauste, associée à la volonté de quelques individus, parmi la masse du peuple, à la tête du 3ème Reich allemand?
Je veux dire: pensez vous que cette puissance technologique sus-évoquée fut utilisée comme un moyen par tous les acteurs(ou participants, comme on veut) de la solution finale afin d'écrire l'Histoire? Ou convenez vous avec moi que cette puissance technologique a largement dépassé le dessein qu'on lui aurait attribué, que le peuple lui aurait attribué et même qu'elle a contredit la volonté du peuple car si nombreux sont ceux qui ont pu vouloir voir les juifs disparaître, j'estime pour ma part qu'on entendait en majorité par disparition l'idée d'émigration, de déportation, et non d'assassinat.
Dans le premier cas, vous êtes fidèles à votre avertissement. Dans le second, je crois que vous entrevoyez comme moi que les révolutions technologiques ne procurent pas seulement des moyens au service de causes mais font elles aussi partie de l'Histoire, et les technologies sont aussi des acteurs de nos sociétés, des acteurs certes stupides mais non asservis au contrôle complet par l'homme donc des acteurs indépendants.

merci
cordialement
oodbae

Yannick Harrel a dit…

Bonjour et merci pour avoir pris le temps de m'adresser vos commentaires circonstanciés.

Les mouvements sociaux sont-ils indus par une révolution technologique?

Un mouvement social nait rarement d'une félicité commune, il est donc latent et lorsqu'il atteint une certaine intensité, une flamme suffit pour faire sauter la poudre du mécontentement.
Une révolution technologique accélèrera le processus de mécontentement par une meilleure et plus rapide/efficace diffusion, facilitera grandement son extension voire assurera son succès. Cependant j'ai peine à croire qu'il puisse de lui même donner lieu à ce mouvement social.
Récemment lors des évènements en Afrique du Nord, j'ai évoqué le terme de courroie pour désigner Internet et son rapport avec les révoltes nationales. Courroie et non moteur...

L'on peut avoir un progrès technique majeur sans que pour autant l'on s'en saisisse dans un sens ou un autre. Cela nécessite une connaissance et une prescience. Seuls quelques individus peuvent déclencher son usage, suivi le cas échéant par d'autres individus, et selon des modalitéss parfois non prévues par le primo-concepteur. L'on retrouve l'effet orientation dont vous parlez mais qui ne naît pas sui generis du procédé technique.

Le mouvement des foules est un sujet de psychologie sociale très complexe, comme toutes les interactions humaines ceci étant.
La question des massacres planifiés repose sur un aspect hiérarchique qui est la stratification pyramidale. La vision d'ensemble échappant généralement aux acteurs subalternes : chaque acteur se reposant sur l'ordre d'au-dessus et l'exécute en n'ayant qu'une vision parcellaire de ce qu'il doit effectuer. Si volonté politique il y a d'éradiquer une communauté, un peuple, les moyens techniques à disposition seront employés mais au départ de toute action se situe la volonté humaine d'y donner consistance.
D'ailleurs certains procédés techniques sont dévoyés de leur usage premier, ce qui atteste bien qu'il existe une réflexion humaine sur leur emploi.

Si vous me le permettez toutefois je vais cependant prendre encore le temps de la réflexion quant à la désignation des technologies en tant qu'acteurs propres de l'Histoire.

Une fois encore merci pour votre bien stimulant commentaire,

Cordialement