vendredi 5 août 2011

Bourane, le dernier baroud d'honneur spatial de l'Union Soviétique



Au même titre que la décontamination de Tchernobyl par des milliers de « liquidateurs », la navette spatiale Bourane fut l'une des dernières prouesses de l'Union Soviétique agonisante. Un exploit technique qui démontra, s'il en était encore besoin, que les ingénieurs de talent ne manquaient guère (ainsi que très vraisemblablement quelques informations rapportées par le renseignement) et que la conquête spatiale était demeurée au centre des préoccupations des hiérarques du soviet suprême (à ce titre le système de navigation satellitaire GLONASS actuellement mis en place n'est que la réactivation du même système ébauché sous l'URSS).
Faisant parti de ces projets pharaoniques sous l'Union Soviétique, le projet Bourane (Буран en russe) aura été un franc succès technologique bien qu'étrenné sur un seul vol orbital, le 15 novembre 1988, avant le gel du programme puis son abandon pur et simple en 1993.

Pour en savoir davantage, je vous invite vivement à vous rendre sur ce site très exhaustif et mis à jour : www.buran.fr

N'hésitez pas non plus à vous rendre sur Alliance GéoStratégique et prendre connaissance de cet article particulièrement fascinant : La fin de la navette spatiale et le programme spatial américain de Guilhem Penent

Au fond, ces magnifiques engins spatiaux auront été la face la plus positive de l'émulation entre les deux superpuissances de la guerre froide. En remisant Atlantis au hangar comme jadis Bourane, c'est toute une page de la conquête des cieux qui se tourne. Et de poser de nombreuses questions sur la conquête spatiale, en espérant ne pas oublier ce qu'énonçait si bien l'astrophysicien Tsiolkovski : « La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau ».

1 commentaire:

zelectron a dit…

Splendide phrase de Tsiolkovski !