jeudi 17 mars 2011

Lignes Stratégiques, Cidris Cyberwarfare, Géopolitique du Proche Orient : les nouveaux blogues affiliés




Chers visiteurs,

Comme vous avez pu le constater par vous-mêmes voici déjà plusieurs semaines, l'Alliance a accueilli en son sein deux nouveaux membres. Géopolitique du Proche Orient et Cidris Cyberwarfare.

Je préfère les laisser se présenter eux-mêmes :
  • Géopolitique du Proche-Orient
    Ce blog est un moyen d’appréhender un ensemble régional souvent perçu comme un bloc homogène. Zone conflictuelle s’il en est, le Proche-Orient mérite une analyse à hauteur de sa compléxité. La succession des empires, la coexistence des trois religions monothéistes, les intérêts énergétiques et géostratégiques dont dépendent les grandes puissances, les alliances aussi fragiles que circonstanciées, le passage d’un pan-arabisme à un Islamisme de plus en plus radical, la présence d’Israël qui redéfinit sans cesse sa territorialité ou encore un droit international mis à mal font de cet ensemble une zone fortement polémogène nécessitant de nouvelles approches. C’est pourquoi l’approche de ce blog se veut pluridisciplinaire.
  • CIDRIS Cyberwarfare
    Un blog d’informations, de réactions et d’analyses sur toutes les questions touchant à la lutte informatique, ses doctrines et ses organisations, la conflictualité dans le cyberespace, la sécurité des systèmes d’informations et plus généralement, tout ce qui touche à la sécurité ou à la guerre de l’information. Ce blog n’est pas technique par nature mais se refuse à en écarter les aspects essentiels pour garder un contact ferme avec la réalité de ce terrain bien particulier.

    De même que nous pouvons saluer la reprise de Lignes Stratégiques. Le dernier billet étant consacré à la passionnante conquête de l'Empire Aztèque par Cortez relatée sous la plume de Bernal Díaz del Castillo, l'un des membres de l'expédition. Si les conquistadores sont de nos jours victimes de la leyenda negra, l'on ne peut objectivement qu'être fasciné par cette aventure hors du commun qui aura vu une poignée d'hommes s'enfoncer dans la moiteur de l'environnement méso-américain et affronter des forces colossales en face d'eux. Du reste, l'ouvrage de Christian Duverger (que je recommande chaudement au passage) permet de mieux comprendre pourquoi la thèse de l'avancée technologique ne peut tenir à elle seule, et combien le renseignement, l'audace et la confiance en soi (l'armée Espagnole était alors la maîtresse des champs de bataille Européens) furent autant d'armes à disposition des combattants explorateurs qui par le seul fer n'auraient pu l'emporter. Cortez fut un homme d'exception, loin de l'image de brute véhiculée dans la conscience populaire, il fut au contraire un fin administrateur, un diplomate habile, un explorateur avisé des situations locales et un tacticien hors pair. Sans ces qualités ses quelques canons et centaines d'hommes n'auraient pu l'emporter sur un empire de plusieurs millions d'âmes (les estimations étant très variables, les plus hautes faisant état de 19 millions d'habitants dans cette zone géographique).
  • 2 commentaires:

    SD a dit…

    Merci Yannick. L'histoire du Mexique est vraiment passionnante. Dommage pour l'année du Mexique !

    Yannick Harrel a dit…

    Bonjour,

    Je déplore aussi cette gabegie sans laquelle bien des ignorants de la culture méso-américaine auraient pu en découvrir davantage sur une région du monde riche historiquement et culturellement. Et lieu d'échanges binationaux, car ne serait-ce que pour le Mexique, il y eut de nombreux liens tissés des deux côtés de l'Atlantique de par le temps, surtout au cours du XIXème siècle (les barcelonettes).
    Soyons optimistes et ayons l'espoir que cette occasion manquée sera rattrapée à brève échéance...

    Cordialement