mardi 16 novembre 2010

Revolution under siege, les blancs et les rouges

J'ai déjà évoqué le studio multimédia Français AGEOD, spécialisé dans les jeux de stratégie pointus (pourtant l'apanage des anglo-saxons). Or il y a de cela plusieurs mois (juin 2009 pour être plus exact) j'avais commencé à converser avec Philippe Thibaut, son responsable, sur la possibilité d'un ludiciel consacré à la guerre civile Russe entre Blancs et Rouges, le tout en prenant pour base le moteur de World War One qui me semblait parfaitement indiqué pour un tel sujet. Au final il m'apprit qu'une équipe de moddeurs était déjà à l'oeuvre sur le moteur d'American Civil War, et ce à un stade avancé comme dotée d'une solide documentation.

Puis j'eus récemment l'heureuse surprise de découvrir la sortie imminente d'un certain Revolution Under Siege (donnant l'acronyme RUS vous l'aurez noté). Nous offrant en lieu et place d'une modification couplée à un ludiciel d'origine un stand-alone (produit séparé et vendu commercialement). Et le résultat, attendu d'un jour à l'autre, est fort alléchant par les possibilités et le terrain de jeu offert. Il l'est d'autant plus que le sort de cet évènement mondial aurait très bien pu basculer de façon tout à fait différente, et ce à plusieurs reprises. Est aussi prévu un scénario sur la guerre polono-russe dont le dossier avait été rappelé au bon souvenir de ses homologues Polonais par le Premier Ministre Russe Poutine voici quelques mois : un épisode très peu connu en Occident, pourtant gros de plusieurs conséquences, comme l'inimitié létale entre Staline et Toukhatchevski, l'un des chefs militaires les plus si ce n'est le plus capable et progressiste de son époque, ainsi que la reconnaissance par les autorités soviétiques de la Pologne comme Etat souverain dans le concert des nations.

Sur cette période, je puis vous recommander trois ouvrages qui m'ont été singulièrement utiles pour situer au mieux évènements et personnages :
  • La guerre civile Russe 1917 - 1922, Jean-Jacques Marie, Autrement
  • Interventions alliées pendant la guerre civile Russe 1918 - 1920, Jean-David Avenel, Economica
  • Les Blancs et les Rouges, histoire de la guerre civile russe, 1917-1921, Dominique Venner, Editions du Rocher

Niveau filmographie Française, un titre me vient d'office à l'esprit, connexe à cette période : le poignant Capitaine Conan du réalisateur Bertrand Tavernier. Certes les troupes Françaises ne seront pas acheminées sur le front Russe (les mutins de la flotte de la Mer Noire marqueront nettement le gouvernement Français qui s'abstiendra de réitérer toute tentative en ce sens) mais telle était la volonté de départ des instances politiques, à tout le moins de favoriser un cordon sanitaire entre la Russie révolutionnaire et les Alliés. Indiquons aussi un long métrage d'animation, Corto Maltese, la cour secrète des arcanes issu d'une oeuvre d'Hugo Pratt : Corto Maltese en Sibérie. Cette production ayant le grand avantage de placer les fameux trains blindés sillonnant les territoires en guerre en avant (вперед!) de même que les tous autant fameux chefs Blancs d'Extrême-Orient tels que Semionov et von Ungern-Sternberg.
Côté russophone, je puis vous conseiller Tchapaev (Чапаев), l'un des héros rouges de cette période et propulsé au rang de martyr sitôt la victoire des bolcheviques acquise. Et côté blanc, il faut regarder du côté de L'Amiral (Адмиралъ) suivant le parcours d'Alexandre Koltchak sorti en 2008 et ayant bénéficié d'une distribution en France (ce qui est suffisamment rare pour être souligné et apprécié). Une curiosité très symptomatique de la qualité des séries Russes (hélas absentes en France, les directeurs de programmation préférant abêtir la population avec leur soupe télévisuelle lyophilisée) est Le déclin de l'Empire (Гибель империи) , plongeant le spectateur dans les arcanes de l'Okhrana, la police secrète du Tsar durant les vicissitudes du début du siècle jusqu'à la guerre civile.
Un coup d'oeil, et même plus, sur Le Docteur Jivago (Доктор Живаго) du roman éponyme de Boris Pasternak et tourné par David Lean permet tout autant de se replonger durant cette période. Bien que le métrage fasse l'impasse sur une grande partie de l'oeuvre qui justement s'attardait sur certains passages très descriptifs de la guerre civile.

Côté littérature, je tiens à recommander Les Temps sauvages du brillant Joseph Kessel relatant sa propre expédition à Vladivostok en pleine tourmente révolutionnaire et du capharnaüm rencontré sur place, suivi de Nuits de princes contant le destin de ces anciens aristocrates réduits à des postes subalternes à Paris ou en tant d'autres lieux.
Et pour finir, un coup de coeur ne serait-ce que pour ma modeste mais chaleureuse correspondance entretenue avec cet écrivain d'origine Russe, Léon Troyat, ou de son vrai nom Lev Tarassov, ancien membre de l'Académie Française. Son cycle Tant que la terre durera étant de ce point de vue la magnifique illustration romanesque relatée de l'intérieur de ce que fut la révolution bolchevique au sein de la population civile et le déracinement de ces familles dépossédées de tout ce qu'elle avait, surtout de leur terre.
Il est regrettable que feu Alexandre Soljenitsyne n'ait pu prolonger sa suite romanesque historique, La roue rouge (Красное колесо) comme il en avait eu l'intention au départ en englobant les vicissitudes de la guerre civile. Ce qui n'enlève rien à l'oeuvre déjà existante, mais peut laisser quelques regrets au regard de ce qui a déjà été produit...

Une époque troublée, fascinante par les hommes qu'elle généra et terrifiante par les atrocités sans nom dont ils accouchèrent.

L'annonce officielle sur le forum AGEOD ICI.

MAJ : une version de démonstration est désormais disponible sur le site officiel, veuillez bien prendre connaissance de la configuration requise avant de lancer le téléchargement (avertissement à l'attention des possesseurs de portables non récents).

1 commentaire:

Cat Lord a dit…

Bonjour,

merci pour votre article. Nous avons mis en ligne le site du jeu, sur lequel on peut télécharger une version de démo. :)

Bonne journée,

Cat