jeudi 23 septembre 2010

Le désir de (recon)naissance identitaire

C'est en prenant connaissance de l'existence du Freistaat Flaschenhals à travers l'article du dénommé Fergus sur Agoravox que j'en suis venu à y exciper la question de l'émergence du sentiment identitaire et de sa naissance.
Je vous recommande sérieusement de lire son billet, ne serait-ce que pour comprendre comment une communauté (pour peu que les distances restent disons humaines) peut céder à la tentation centrifuge et s'éloigner d'un centre de décision par accident géo/politique ou par inclination culturelle latente. Le facteur économique n'étant selon moi qu'un élément déclencheur voire roboratif à une volonté politique initiale.

Dans la foulée de cet épisode historique, Passport to Pimlico est une production cinématographique Britannique relatant la découverte inopinée dans la banlieue de Londres d'un ancien document attestant que le quartier de Pimlico serait en réalité territoire Bourguignon. C'est à partir de cet évènement fictif bien entendu que va se mettre en place avec le renfort du descendant du Duc de Bourgogne une solidarité locale face à l'adversité symbolisée par le pouvoir Britannique désormais considéré comme puissance étrangère. Avec un humour tout à fait so british, le métrage n'en est pas moins un indicateur instructif et pas si farfelu que cela de l'émergence du sentiment identitaire qui est d'autant plus aisé à survenir qu'il se conjuge dans un espace territorial restreint. Un espace territorial plus élargi, voire accidenté (de fait réfractaire aux déplacements par voie routière, ferroviaire, fluviale ou aérienne) peut tout aussi bien succomber à cette tentation dans le cas d'un substrat culturel prégnant depuis un temps avéré (ce peut être par la langue de préférence et/ou par la solidarité historique).

Une réflexion toujours aussi actuelle, faisant désormais intervenir les nouvelles technologies de l'information et de la communication dans la stratégie globale entre les forces centrifuges et centripètes.
Les TIC peuvent surtout servir de canalisation à très grande vitesse d'idées et de schèmes d'action. Une proclamation n'aurait par exemple plus besoin d'une annonce publique sur la place centrale du village puisque l'instantanéité des télécommunications de nos jours permet de s'adresser urbi et orbi à l'ensemble d'une communauté. Cependant encore faut-il qu'elle soit connectée, ce qui renvoie à l'existence d'une fracture numérique au sein de la population.
A cet aspect de transit purement informationnel, n'omettons pas de relever que les bouleversements sociaux ne sont généralement que le fait d'une minorité active arrivant à neutraliser ou acquérir à sa cause la majorité silencieuse et passive. Or l'intérêt des TIC pour ces minorités est sur deux plans quant à cette recherche d'outils efficaces et difficilement susceptibles de saisie :
  • un moyen de coordonner les actions et d'uniformiser le discours au sein de la minorité active
  • un moyen de s'adresser à moindre coût et avec une audience conséquente à l'égard de la majorité passive ; dans le cadre d'une communication via le réseau Internet cela passe aussi subséquemment par l'international même si ce n'est pas l'objectif premier, toutefois une reconnaissance de la nouvelle communauté par d'autres Etats est souvent la consécration de son existence juridique, avec un vote aux 2/3 par l'assemblée générale de l'ONU par exemple comme c'est le cas pendant pour le Kossovo)
Et pour prendre une analogie marquante, demandons-nous quel impact le protestantisme aurait-il eu sans le concours de l'imprimerie? En sus, les TIC permettraient pour une communauté identitaire de prendre plus facilement contact avec des organismes ou d'autres communautés dont elle estimerait leur aide (financière, diplomatique, technique) profitable à la cause poursuivie.
Du reste, le cyberespace est un territoire en lui même, et une communauté en s'y implantant fait acte d'existence et de revendication (au-delà des simples page Internet, le suffixe des noms de domaine est en lui significatif d'une appartenance territoriale). Ensuite, en fonction des moyens humains et technique corrélés à la volonté politique, des mesures plus offensives peuvent poindre. Mais nous rentrons ici dans des considérations de cyberguerres dépassant le cadre du propos présent, même si cet aspect ne doit jamais être éludé en tant que réponse asymétrique.
En attendant, je vous souhaite un bon visionnage.


Aucun commentaire: