dimanche 4 juillet 2010

Germania Europameisterin


L'Allemagne en 2010 aura décidément fait grandement parler d'elle. Volonté opiniâtre envers tous ses partenaires d'assainir l'Euro, victoire à l'Eurovision par un petit bout de femme dynamique et démonstration de grand talent de la Mannschaft à la Coupe du Monde de football : un rayonnement quasi-insolent vis à vis de ses voisins du vieux continent.
Même la récente démission du Président Horst Köhler n'aura pas terni une aura de succès sur de nombreux plans pour l'Allemagne. Corroborés il est vrai par des indicateurs économiques au beau fixe (si l'on se réfère aux indices de production industrielle et du commerce extérieur).

L'on ne saurait interpréter le football et ses résultats comme une grille d'analyse géopolitique des puissances du moment (sans quoi les Etats-Unis ou la Chine seraient bien plus souvent présents dans les phases finales de telles compétitions), en revanche si je décline aussi les effets de ce sport en tant que vecteur idéologique, je les prends volontiers en considération comme miroir d'une appréciation du moi collectif. Ainsi, le cas de l'Allemagne amène par ses différentes démonstrations explicites (déjà en 2006 lors de la Coupe du Monde organisée à domicile) à comprendre que le pays s'est libéré de la lourde chape de plomb du repentir systématique et de la discrétion obligatoire dans la victoire en laissant désormais exprimer son contentement et son amour de la patrie.
L'Allemagne est décomplexée qu'on se le dise, de même qu'au niveau militaire (bien qu'usant de moult précautions oratoires, sauf pour le cas de l'ex-Président de la République Fédérale) où elle s'était autorisée  à envoyer des troupes pour assister la coalition en Afghanistan (FIAS / ISAF), sous des motifs d'entraide dans la lutte contre le terrorisme certes mais en rompant avec son credo intagible depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale de ne se servir de ses troupes armées que sur le sol national. 

De l'autre côté du Rhin l'on se porte comme un charme, on le fait savoir y compris à l'étranger par une diplomatie active. Un exemple symptomatique : la chancelière a opté pour une approche plus pragmatique depuis longtemps vis à vis des pays de l'Est, Russie en tête, alors qu'elle n'avait pas été avare de termes peu amènes au début de son premier mandat vis à vis de cette dernière. Désormais, l'Allemagne tient à se placer comme l'interlocuteur Européen privilégié des occupants du Kremlin. En somme, elle fait donc fi de son profil bas d'après-guerre, et n'hésite pas à outrepasser le rôle autrefois traditionnellement échu à la France dans ce domaine au sein de l'Europe.

Pour redescendre sur la pelouse, si l'Allemagne ne ravit pas encore autant de coeurs pour les amoureux du ballon rond que le Brésil ou l'Espagne, bien peu d'aficionados oseraient lui contester une réelle efficacité fruit d'une somme d'individualités au service de la collectivité. Une belle leçon de football pour les équipes bling-bling n'ayant fait qu'un petit tour durant ce mondial...

MAJ Bien qu'éliminée en demi-finale après un match de non-jeu assez étrange de la part de la Mannschaft, cette dernière a ravi la troisième place (méritée) du podium en mettant fin aux ambitions des Uruguayens. Et dernière satisfaction, en voyant Thomas Müller récompensé par le titre de meilleur jeune joueur de ce tournoi.

2 commentaires:

DanielB a dit…

Bonjour ,
Ce serait bien de nous faire une carte anamophosée de la " Geopolitique du football " !
Tres Cordialement
Daniel BESSON

Yannick Harrel a dit…

Bonjour,

Je n'ai pas les talents d'infographiste nécessaires mais il est vrai que ça serait intéressant. Sur le fondement de critères définis tels que les victoires des équipes nationales dans les compétitions majeures ou la puissance des ligues nationales.
Ce qui est instructif c'est que l'Inde est le dernier grand pays à rester en dehors de ce sport mondialisé. Invitée en 1950 à la Coupe du Monde elle déclara néanmoins forfait. Et pour la Coupe d'Asie des Nations, rien de remarquable depuis... 1964 et une place de seconde.

Cordialement