lundi 3 mai 2010

Le Choc des Titans en version Flash



Entre la société éditrice de logiciels professionnels Adobe (connu notamment pour Acrobat Reader, Dreamweaver et Photoshop) et la société de matériel informatique Apple, le torchon brûle. Il faut avouer que Steve Jobs n'a pas hésité à l'imbiber d'essence et à y mettre le feu en premier lors de son discours prononcé en avril dernier. N'hésitant pas à se faire particulièrement comminatoire : Adobe has characterized our decision as being primarily business driven – they say we want to protect our App Store – but in reality it is based on technology issues. Adobe claims that we are a closed system, and that Flash is open, but in fact the opposite is true... Besides the fact that Flash is closed and proprietary, has major technical drawbacks, and doesn’t support touch based devices, there is an even more important reason we do not allow Flash on iPhones, iPods and iPads. We have discussed the downsides of using Flash to play video and interactive content from websites, but Adobe also wants developers to adopt Flash to create apps that run on our mobile devices... Flash was created during the PC era – for PCs and mice. Flash is a successful business for Adobe, and we can understand why they want to push it beyond PCs. But the mobile era is about low power devices, touch interfaces and open web standards – all areas where Flash falls short.

Steve Job d'énumérer les raisons de ne pas introduire la technologie Flash dans ses produits au grand désespoir de ses clients (ceux qui avaient envisagé l'achat de l'iPad ayant été refroidi par l'absence de celle-ci): 1) l'absence d'un format ouvert 2) l'accessibilité sur la toile d'un autre format de même qualité et libre 3) la sécurité et la performance des applications 4) l'autonomie de la batterie 5) l'évolution vers les écrans tactiles 6) un frein à l'innovation en encourageant un outil tiers multi plate-forme.

La réaction d'Adobe ne s'étant pas faite attendre, ses autorités légitimement courroucées par une telle déclamation du patron de la pomme, et d'annoncer dans la roue de celle-ci qu'ils oeuvreront à marche redoublée pour le système d'exploitation Android mis en avant par... Google! Une décision éminemment comminatoire consistant à se rapprocher de la société née de la toile désireuse de bousculer Apple sur le terrain des smartphones avec son Nexus One bien accueilli par la critique.

Tout est en place pour un Choc des Titans numériques.

Aucun commentaire: