mercredi 16 décembre 2009

Galileo patine sur terre


Voici deux ans, j'avais produit un article sur Agoravox avec le désir de populariser sur cette plate-forme le projet Galileo.

S'il est vrai que je suis d'ordinaire fort critique sur l'Union Européenne, et les sujets ne manquent malheureusement pas, je conservais le naïf espoir que Galileo saurait surmonter les dissensions et l'impéritie coutumière de cette organisation internationale.

Or, fin 2009 il m'est permis de dresser le constat en deux points, je vais procéder de manière fort brève rassurez-vous :
  • Ambition avant-gardiste en 1999, Galileo ne sera en définitive pas opérationnel (et si ce long chemin se déroule cette fois sans anicroche aucune) avant... 2015! Il serait tentant d'imputer ce retard conséquent à la crise systémique actuelle, or moins que le manque de fonds pour le lancement et la maintenance de ce réseau, c'est surtout la désorganisation et le manque d'enthousiasme du privé qui empêchèrent le programme de "décoller".

  • Confirmé par le directeur de Roskosmos, trois nouveaux satellites viennent d'être envoyés en orbite pour compléter le maillage du réseau Glonass déjà existant. L'objectif d'atteindre les vingt-quatre satellites pour 2010 étant de ce fait en très bonne voie. Rappelons que si la genèse de Glonass remonte à 1976, sa remise en activation date de... 2001, soit une date quasi-contemporaine de Galileo!

MAJ: Le numéro de décembre du mensuel Capital évoque la saga Galileo, mentionnant en sus du retard désespérant du programme l'appropriation récente par les Chinois et leur système Beidou des fréquences officiellement attribuées à l'Union Européenne avec l'envoi de leur dernier satellite. De mal en pis...

Aucun commentaire: