mardi 17 novembre 2009

La photobscurité expliquée

Chers visiteurs,

Un OVNI dans mes articles Agoravoxiens qu'est celui que je vous délivre ce jour sur mon blog. Non pas tant sur le fond, la découverte d'une artiste photographe Strasbourgeoise d'origine Polonaise, que sur la forme, à savoir le choix d'un entretien. Exercice délicat qui fut fort heureusement facilité par la coopération bienveillante de ladite personne.

Du reste, il aurait été particulièrement dommageable de ne pas propager une lumière plus vive sur les oeuvres de cette jeune photographe (en dépit de sa propension à les obscurcir, qui est sa "patte" personnalisée comme elle l'exprime au sein de l'entretien) recueillant sur le net et au delà une audience croissante et c'est tout à son honneur au vu de son talent.

Laissez vous envelopper par la photobscurité, au minimum le temps d'une visite que vous ne sauriez regretter...


Article paru sur Agoravox le 29 décembre 2008

Après avoir traité au sein de nombreux articles de l’immensément grand, survolant des continents et faisant même une incursion dans l’exosphère, ainsi qu’avoir tenté de percer les mystères juridico-technologiques qui eux nous surplombent, cette fin d’année me donne envie d’opérer un focus sur un de ces êtres qui embellissent le quotidien par leur créativité rafraîchissante. Je ne cache aucunement que l’article procède d’un coup de cœur pour une personne arrivant souvent à magnifier ce qu’elle aperçoit en nous présentant la réalité sous un autre angle ainsi que certaines illustrations que ne renieraient pas Tim Burton lui même. Je lui devais bien un hommage en braquant les projecteurs du journalisme citoyen pour en faire profiter le plus grand nombre et non me contenter d’une admiration égoïste, le tout en tentant de percer une maigre partie des arcanes du monde photographique largement terra incognita pour ma part.

Gosia, comment pourrais-tu te présenter ?

Je suis une grande passionnée par le monde, une amoureuse des formes et couleurs créées par la nature.

Comment en es-tu venue à la photographie ?

On ne peut pas véritablement parler de date précise, c’est plutôt le fruit d’un cheminement. Toutefois si l’on désire tout de même avoir une idée approximative, je dirais que dès l’enfance j’ai eu un intérêt prononcé par l’art photographique. Cependant j’étais limitée par l’absence de matériel adéquat, ce qui a dressé de suite un obstacle majeur pour m’y épanouir dès ma jeunesse.

A cela s’ajoute l’absence de soutien familial. Issue d’un milieu professoral, l’art, et a fortiori la photographie, ne rentrait pas chez mes parents dans les critères d’une réussite professionnelle. Cependant ça ne m’a pas empêché pour autant de développer un intérêt prononcé pour appréhender l’esthétique de la nature environnante.

Mes sens ont aussi été aiguisés par le monde de la publicité. Moins pour le message délivré que pour toute la mise en scène, les coulisses qui donnent à la production un résultat léché. J’ai très tôt été fasciné par l’ambiance qui se dégageait des montages des créatifs, particulièrement le jeu de lumières et je tentais toujours de décortiquer la correspondance entre les éléments et les modèles choisis puisque tout procédait d’une mise en scène préalable et que rien n’était le fruit du hasard. Cette attirance était telle que j’envisageai un temps de devenir moi-même créatrice publicitaire, mais c’était plutôt dans la sphère des rêves…

Sinon, il faut aussi envisager l’aspect matériel parallèlement à l’aspect intellectuel. Le vrai déclic si je puis me permettre ce jeu de mot est provenu avec l’achat de mon premier appareil numérique, type compact. A partir de ce moment là, j’ai véritablement pris conscience que je pouvais enfin donner libre cours à mes envies en ouvrant la porte d’un nouveau monde merveilleux de l’image qui m’enchantait à fond !

Très vite j’ai commencé à mettre en ligne mes photos, créant un blog que j’ai appelé PHOTOBSCURE et qui est devenu le témoin de toute mon évolution dans le domaine de la photographie.

Pourquoi le titre Photobscure ?

Elle provient d’une tendance à obscurcir l’image. Tout part dans l’idée de raffermir l’ambiance et l’atmosphère émotionnelle. Je précise cependant que ce n’est pas une constante non plus dans toutes mes galeries mais j’y reste tout de même attachée.

Comment s’est déroulée ta formation ?

Elle est d’essence purement autodidacte, puisant à la fois dans mes expérimentations comme de créations diverses, avec en appoint des conseils de photographes rencontrés sur les forums.

Comment appréhendes-tu la création artistique ?

Par le sens. Ce terme est d’importance car il m’intéresse plus que la position esthétique en elle-même. Ce qui prime chez moi c’est l’idée, la symbolique, la sémantique. Pour moi la photographie doit avoir un sens et un titre sauf exception où ça la desservirait de vouloir en insérer un à tout prix.

D’après certaines écoles l’image doit se défendre elle-même, mais moi je ne suis pas une vraie représentante de cette théorie. Il y a certains types d’images qui restent nues si elles sont dépourvues de titre.

Je privilégie la création d’ambiance à partir d’images, la déréalisation de celles-ci. Je parle souvent de création métaphorique avec le monde des symboles et justement l’image est un très bon moyen pour présenter la métaphore. On en revient à mon cheminement à travers l’étude du monde publicitaire. L’on pourrait m’objecter qu’une photographie avec du texte, le titre spécifiquement, aurait pour conséquence de trop dénuder l’image toutefois j’aurais plutôt tendance à argumenter qu’il n’agit qu’en tant qu’invitation, il ouvre la porte sans en dévoiler l’intérieur : ainsi il n’y a pas de perte d’ambiance et les symboles gardent toutes leurs forces… et mystères. J’aime créer les images évocatrices qui font ressentir quelque chose, qui éveillent un sentiment / une émotion, qui suggèrent, qui font penser à….

Mon occupation préférée c’est la création d’ambiances justement.

La majorité des sujets que je touche sont de nature triste, terrifiante….obscure, ce qui s’explique facilement : la tristesse est plus créative ! Si on puise dans la littérature de toutes les siècles, on découvre l’omniprésence du « triste, malheureux et effrayant » ce qui dominait toujours dans l’art …

Quelle est la création dont tu te sens la plus fière ?

Deux pour répondre globalement à la question : la première concerne la présentation de la ville transfigurée dans une optique fantasmagorique. Bien que l’objet visé soit banal pour l’usager urbain lambda, je pense aux bâtiments, j’arrive à imposer ma vision du monde en usant de mes propres techniques. L’essentiel c’est de sublimer l’ordinaire. De ce point de vue, je suis une adepte de la fameuse théorie de Théophile Gautier à sa préface de Madame de Maupin de l’art pour l’art.

La seconde est relative à la macro « poétique », à la nature présentée de manière… spirituelle je dirais, parfois abstraite, parfois en tant que reflet de l’Univers. Ce qui est en Haut, on le trouve aussi en Bas, d’après la théorie des Correspondances, donc pourquoi ne pas appréhender la mousse en tant qu’un petit monde ayant aussi ses lois ?

Quelle place occupe l’outil informatique dans ton œuvre ?

J’utilise des logiciels de retouche photographique pour les cadres urbains, les espaces naturels étant eux le résultat de mises en scène me demandant encore plus d’efforts que pour la manipulation numérique. Ainsi les couleurs restent naturelles et je joue uniquement du point de vue de la présentation.

Une fois encore, j’en reviens à mon credo : sublimer l’ordinaire, et ce avec ou sans retouche numérique. 

Quels sont tes défis futurs ?

J’ai déjà œuvré sur de nombreux sujets : les paysages urbains comme naturels, les insectes, les fleurs mais les personnes demeurent pour moi l’inconnu. Je ne sais pas à l’heure actuelle comme m’y prendre pour faire ressortir le sujet dans une ambiance particulière.

A cela s’ajoute la question de l’investissement en matériel ainsi que les conditions nécessaires pour obtenir un effet probant.

Merci pour cet entretien et au plaisir d’admirer tes prochaines œuvres… avec ou sans portraits.

Merci beaucoup.

Son photoblog en ligne où sont disposées ses nombreuses galeries dont vous pourrez apprécier par vous même la maîtrise de son art.

Aucun commentaire: