mardi 2 juin 2009

Quand les géants des NTIC échangent leur terrain de bataille

Assez symptomatiques sont les dernières passes d'armes entre Google et Microsoft. Outre le débauchage de cadres supérieurs, c'est surtout un renversement du terrain d'affrontement qui vient de s'opérer depuis quelques mois.

Avec Android, Google a voulu se placer sur un créneau porteur : le système d'exploitation open source sur mobiles et autres PDA. Or les systèmes d'exploitation sont le fief de prédilection de... Microsoft. Un tel pavé dans la mare de son adversaire et prise de risque stratégique sur un marché porteur ne pouvait laisser sans réagir la firme de Redmond.
Ce dernier a répliqué en annonçant avec moult sons du cor que Bing était opérationnel et serait enrichi au fur et à mesure. Un uppercut dans la face de Google... Encore que peut-être pas tant que cela. En effet, tout d'abord Bing n'est pas le premier moteur promu par Microsoft, et surtout avec un tel renfort publicitaire. Ainsi peut-on se souvenir de Live Search lancé en 2006 qui aura échoué à tailler des croupières à l'encontre du colosse californien. De même qu'en poursuivant la rétrochronologie, l'on débusque MSN Search qui échoua à s'imposer face aux multiples moteurs encore en lice à la fin des années 90. De ce point de vue, l'on peut douter que Microsoft ait tenté autre chose qu'un coup de bluff.
Dernier point : j'avais évoqué il y a quelques mois la sortie de CUIL, un nouveau moteur de recherche par des anciens de Google : force est de constater qu'à ce jour ce dernier peine à bouleverser les habitudes des Internautes. Car il est un aspect à ne pas négliger au sein de la "toile" : l'inertie des habitudes. Sans passer sous silence le fait que le moteur de Google évolue en agrégeant de temps à autre quelques nouvelles fonctionnalités et/ou en services propres au net : une stratégie visant à fidéliser les utilisateurs sans pour autant bouleverser leurs habitudes.

A ce petit jeu de chercher l'adversaire sur son propre terrain, il semblerait que Google fasse preuve de plus solides atouts que Microsoft à qui l'on pourrait reprocher principalement de trop jouer sur l'effet d'annonce. Lui reste néanmoins une position plus que confortable sur le marché des systèmes d'exploitation sur PC et une pénétration conséquente de son navigateur phare, Internet Explorer (bien que ce dernier commence à perdre du terrain face à Firefox et qui sait, peut-être dans un futur proche face à Chrome lancé par la firme... Google!).

Aucun commentaire: