mardi 23 décembre 2008

Coupure de ligne et mondialisation numérique (2ème partie)

Au sein d'un billet précédent, en date du 1er février de cette année, j'avais attiré votre attention sur la vulnérabilité du réseau internet ainsi que sa tentaculaire importance mondiale.

Bis repetita, voici que depuis le 19 décembre dernier une nouvelle coupure a été signalée de trois cables sous-marins reliant le continent Européen à ceux de l'Afrique et de l'Asie, occasionnant de très nettes perturbations du trafic.

La localisation du sectionnement desdits cables indiquerait un endroit compris entre la Sicile et la Tunisie, et concernerait Sea Me W3, Sea Me W4 et FLAG.

Si les réparations sont déjà amorcées, l'on peut (et doit) se poser la question de la fiabilité de ces réseaux ainsi que de l'origine de leur dysfonctionnement tout en saisissant mieux combien nous restons à la merci d'un black-out télécommunicationnel. Le désordre engendré ne serait-ce que par quelques heures de privation d'Internet est aisément compréhensible, sans compter que désormais des applications autres que la simple navigation sont liées à la connexion telle que la téléphonie (ou voIP). Accidentelle ou intentionnelle, cette nouvelle avanie des liaisons Europe-Afrique/Asie se doit d'être pris bien plus au sérieux qu'un simple entrefilet dans les nouvelles du jour.

Aucun commentaire: