mardi 25 novembre 2008

Yaglouglou...


En juin dernier, j'avais évoqué une (très) maigre partie du feuilleton Yahoo qui semble s'orienter vers un fiasco généralisé. Car à moins d'un deus ex machina, on a du mal à voir ce qui pourrait sauver le célèbre portail d'un désaveu de la part de ceux qui furent ses potentiels partenaires (Microsoft / Google / Apple).
Nombre d'analystes ne se privent pas pour souligner que la récente braderie de Kelkoo (vendu pour presque 1/5 du montant de son achat initial voilà quatre ans) est le signe que plus rien ne va au sein de la compagnie Américaine.

Lisez cet article sous 01Net, il ne fait pas dans la dithyrambe et tend à acquiescer en faveur de graves lacunes en matière de management.

Pourtant, Yahoo s'échine à ébaucher une fusion avec AOL (American On Line), le célèbre fournisseur outre-atlantique appartenant à Time Warner. Le nouvel ensemble aurait pu il y a encore un an provoquer un intérêt soutenu mais l'impéritie des dirigeants de Yahoo ainsi que la récente crise financière laisse plus dubitatif qu'enthousiaste.

Aucun commentaire: