lundi 17 mars 2008

A second chance for Second Life?


Qui ne connait pas encore Second Life? Pour tous ceux qui lèveraient la main, plus ou moins timidement, voici l'article de Wikipédia à ce sujet.

L'engouement que cet univers persistant suscita fut tel par un moment que des sociétés et même des partis politiques élirent domicile en son sein et qu'il devint branché de s'y montrer sous un avatar modélisé à sa convenance (avec des accessoires créés ou achetés). Il est vrai que le succès grandissant du concept avait de quoi attirer les amateurs de marketing (commercial ou politique) en plus des geeks.

Seulement, le phénomène ne serait-il pas déjà en train de s'essoufler? On pourrait légitimement se poser la question au vu de la récente démission du PDG de Linden Labs. Bien entendu, les communiqués se veulent rassurants, mais il n'empêche que les interrogations sont tenaces. Ainsi L'Expansion évoque des couacs successifs et l'immixtion de réseaux sociaux virtuels nouveaux pour expliquer ce désengagement symbolique. S'il est une chose certaine en effet, c'est que le Web 2.0 laisse peu de temps aux acteurs pour asseoir leur position et la consolider. Il serait vain de nier que la compétition existe aussi dans le cyberespace, et qu'elle est parfois féroce. De même qu'être le premier sur un nouveau segment innovant ne confère pas forcément une rente sur le moyen terme...

2 commentaires:

modeandco a dit…

Bonsoir,
Je prépare en ce moment même le concours sciences po.Je travaille sur la Russie et plus excatement sur la notion tant critiqué du terme "démocratie". J'essaie de voir où se place le terme démocratie dans le système Poutine. J'ai lu vos commentaires qui sont à mon goût très juste mais j'aimerai savoir si nous pouvons comparer Vladimir Poutine à Staline avec cette notion de "petit père des peuples"?

Cordialement,
Lynda.

TEST a dit…

Bonjour Lynda,

Comparer Vladimir Poutine à Staline serait éminemment erroné en ce sens que ni les méthodes ni le contexte ne s'y prêtent.
Ensuite, il y a tout de même un certain sentiment nostalgique sur lequel surfe le Président Russe et qui tend à replacer Staline comme l'un des grands hommes de l'Histoire Russe.
Je dirais que là où s'accordent les deux hommes c'est justement sur le sentiment profond d'incarner la grandeur de l'Etat.

Et bon courage pour votre concours à Sciences Politiques ;-)

Cordialement