dimanche 20 janvier 2008

Quand la CNIL pointe sa truffe sur Facebook


La saga Facebook continue, et à travers elle cette émergence de réseaux sociaux virtuels.
Les doutes dont j’avais fait état quelques articles auparavant semblent dorénavant être partagés par la CNIL elle-même : pour preuve, cet article de ZDNet :
La Cnil considère que le réseau social présente des risques au regard de la protection des données privées. Elle lui réclame des informations sur la conservation des données de ses membres et sur leur utilisation à des fins publicitaires est-il écrit.

Car toute chose se paye tôt ou tard, et il serait bien naïf de penser qu’un tel succès ne soit pas amené à terme à monnayer ses services, directement (abonnement payant) ou indirectement (par la publicité). Derrière la question de Facebook, c’est toute une réflexion sur la viabilité économique de ces nouveaux réseaux qui se doit d’être posée, et de manière connexe, l’utilisation commerciale des données fournies volontairement par tout membre.

La demande de la CNIL devrait permettre dans un premier temps d’éclaircir la question des données personnelles. Même si dans les conditions d’utilisation et de politique de vie privée il est possible de lire ceci :
You post User Content (as defined in the Facebook Terms of Use) on the Site at your own risk. Although we allow you to set privacy options that limit access to your pages, please be aware that no security measures are perfect or impenetrable. We cannot control the actions of other Users with whom you may choose to share your pages and information. Therefore, we cannot and do not guarantee that User Content you post on the Site will not be viewed by unauthorized persons. We are not responsible for circumvention of any privacy settings or security measures contained on the Site. You understand and acknowledge that, even after removal, copies of User Content may remain viewable in cached and archived pages or if other Users have copied or stored your User Content.
Ainsi que :
Facebook may also collect information about you from other sources, such as newspapers, blogs, instant messaging services, and other users of the Facebook service through the operation of the service (e.g., photo tags) in order to provide you with more useful information and a more personalized experience. By using Facebook, you are consenting to have your personal data transferred to and processed in the United States.Et pour la question de l’utilisation commerciale du service, un début de réponse :
We let you choose to share information with marketers or electronic commerce providers through sponsored groups or other on-site offers.
We may offer stores or provide services jointly with other companies on Facebook. You can tell when another company is involved in any store or service provided on Facebook, and we may share customer information with that company in connection with your use of that store or service.

L'importance de l'immixtion de la CNIL dans le débat ne doit pas être lénifié. Car de son analyse ressortira une appréciation plus juste de l'utilisation des bases de données de ces réseaux mais aussi de leur exploitation commerciale. Trop aveuglés par une prétendue gratuité, les utilisateurs ne sont pas toujours bien à même d'appréhender les enjeux planant sur leur personnalité numérique.

Aucun commentaire: