samedi 4 août 2007

Arme de désinformation massive

La rumeur en soit est une chose détestable, reposant sur l'incertitude de faits supputés mais devenant une vérité quasi-acceptée en cas d'absence de réaction (ou même de réaction si celle-ci devait être maladroite) du sujet concerné.

Or, avec Internet son effet est démultiplié et peut avoir de très graves conséquences. En effet, si la justice saisie par une personne morale ou une personne physique dénonce les allégations comme étant d'origine calomnieuse, les moteurs de recherche conserveront, eux, toujours une trace de celles-ci pendant un certain laps de temps (pouvant aller à quelques semaines, voire mois si la décision de justice ne fait aucunement l'objet d'un référé). Les dégâts peuvent être considérables dans un tel cas. Nous ne sommes pas loin de cyberguerres commerciales.
En outre, les possibilités d'expression qu'offre Internet (listes de diffusion par messagerie électronique ; forums de discussion ; blogs etc...) accentuent de façon exponentielle les dommages liés à la rumeur en raison du nombre d'internautes susceptibles d'être touchés par celle-ci.

Comme le préconise les Echos dans un article assez intéressant, bien que trop succinct à mon goût, le démenti est l'arme la plus efficace qui soit à condition qu'elle soit utilisée sans tarder. Psychologiquement, le démenti peut aboutir à créer la confusion dans l'esprit de la cible ou du public visé et ce qui aurait pu passer pour une vérité (mais sans fondement tangible) devient du coup caduc: la rumeur devenant un jeu à somme nulle en définitive.
Les entreprises qui lénifieraient ce type d'agression seraient bien avisées de revoir leur stratégie en mettant en place une cellule de cybersurveillance leur permettant de parer à toute éventualité, d'autant que cette même cellule pourrait se voir confier d'autres attributions en terme d'intelligence économique.

Aucun commentaire: